juillet 2021

Je suis au pôle espoir haltérophilie

Vicky Graillot est revenue au Creps de Dijon après un détour par l’Insep. Membre de l’équipe de France, elle vise les Jeux de 2024.
Photo Vincent Arbelet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Parcours sportif
J’ai commencé l’haltérophilie lors de la saison 2014-2015. Avant, je faisais du handball. J’étais au pôle espoir et pour la préparation on faisait de la muscu et de l’haltérophilie. J’y ai pris goût jusqu’à devenir plus accro que pour le hand. Il faut dire aussi que mon père était haltérophile de haut niveau. Il y a eu des compétitions et j’ai été prise en équipe de France assez rapidement. Plus tard, j’ai fait une année à l’Insep mais j’ai préféré revenir à Dijon. L’année prochaine, je ne serai plus en espoir, mais je pourrai rester au Creps en tant que partenaire. J’ai fait du hand jusqu’en 2015-2016. J’étais dans les 2 pôles, mais à un moment, il faut choisir ! En fait, c’est du côté du hand qu’on m‘a poussée à choisir alors j’ai choisi de les quitter ! Mais il y a d’autres raisons : j’étais meilleure, j’étais en équipe de France. C’est une discipline individuelle mais avec des compétitions par équipes donc on ne perd pas totalement la notion de partage. Mais généralement, je préfère me dire « c’est toi face à la barre, c’est toi seule qui est en jeu ». Par ailleurs, je sais que si je veux faire un autre sport, la muscu et l’haltérophilie me serviront. Mais pour l’instant, j’ai l’optique des Jeux de 2024

Qualités requises
Il faut beaucoup d’acharnement et beaucoup de mental. Il faut des qualités physiques complètes : souplesse, explosivité, force. Il faut une grande rigueur. On s’entraîne beaucoup et on n’a pas trop le loisir de s’arrêter. Je fais une trentaine d’heures par semaine. Il faut aussi être vraiment passionné parce qu’on est dans un sport peu médiatisé, sans beaucoup de reconnaissance. Il faut être prêt à organiser sa vie, à faire ses choix en fonction de l’haltère.

Le Creps
J’y suis revenue, c’est donc que je m’y plais, mais l’Insep, c’était du luxe. Ici, en haltérophilie, on est en sous-sol, avec des infrastructures vieillissantes, on n’est pas les mieux lotis…  Ça va qu’on est peu nombreux !

Etudes
J’ai toujours été très indécise sur mon choix de parcours professionnel. Je suis en Staps mais c’est plutôt Staps qui m’a choisie ! Quand j’ai postulé à l’Insep, j’ai été surprise d’être choisie. Je n’avais pas fait de vœux à Paris alors je me suis inscrite en Staps. Maintenant je suis en 3e année de licence option management du sport. Cela me convient car il y a une partie événementielle, communication, un domaine qui me plaît aussi. Je ne pense pas que j’irai en master. Je pense plutôt m’orienter vers un BP Jeps, dans ma spécialité sportive.
Palmarès
7e aux championnats du monde juniors en 2019.
4 fois finaliste aux championnats d’Europe (U17 et juniors)
6 fois championne de France

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Centres de formation de foot : classement 2021


juillet 2021
La fédération française de football et la ligue de football professionnel ont publié leur classement des centres de formation français en termes d'efficacité. Basé sur des critères sportifs (temps de jeu en équipe première, sélections...) et scolaires, il propose un état des lieux de 36 centres, parmi lesquels 3 burgo-comtois. En 2020 - 2021, celui de Sochaux se place 14e, celui d'Auxerre 19e et celui de Dijon 34e. Compte-rendu disponible ici.

Combiné nordique : les juniors français vice-champions du monde


mars 2020
Bel exploit pour les 4 jeunes du haut Doubs qui formaient l'équipe de France hommes aux championnats du monde junior d'Oberwiesenthal : Gaël Blondeau (également médaille de bronze en individuel), Maël Tyrode, Egar Vallet, Mattéo Baud terminent médaillés d'argent derrière l'équipe d'Autriche.

Jet ski


septembre 2019
Dylan Lucht, Wilfried Gurnot et Robin Sylvester, trois jet-skieurs doubiens (lire notre article) ont participé au JX GP de Suisse les 24 et 25 août au Bouveret. Le premier nommé est revenu vainqueur de l'une des 11 courses du week-end (Am Ski JX3). Il a également gagné le championnat de Belgique le 1er septembre.

Ultimate frisbee


janvier 2019
Bravo aux joueuses de l'équipe féminine dijonnaise Ladies'jonctées, championne de France élite d'ultimate frisbee en salle le 3 janvier. +infos

Anouck Clément


août 2018
A 17 ans, la capitaine du club bisontin de Palente a participé en juin au championnat d'europe U18 de beach handball au Monténégro avant d'être l'une des 10 sélectionnées pour le mondial seniors le mois suivant à Kazan (Russie) où l'équipe de France a perdu 3 matches au 1er tour avant d'enchaîner sur 3 victoires en ronde de consolation. Bilan : 11e place lors des deux compétitions.
Voir tout