mars 2020

Johnny Mafia, enfants du rock

Ce quatuor de l’Yonne suit depuis une décennie une voie énergique pavée de garage et de punk.
Photo Jessica Calvo

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Aucun des membres de Johnny Mafia n’était né quand les Pixies ont sorti leur masterpiece Doolittle (1989), ni même quand Nirvana a marqué l’histoire du rock deux ans plus tard. Sans parler des Ramones, alors déjà actifs depuis 20 ans. Cela n’empêche pas les Johnny Mafia de citer ses groupes en référence. Le rock ne meurt pas.  Johnny Mafia a bientôt 10 ans et poursuit sa route dans une mouvance mâtinée de garage et de punk.
Théo (27 ans, guitare, chant), William (26 ans, basse) ont débuté lycéens avec Fabio (23 ans, guitare) et été rejoint par leur 3e batteur (Enzo, 21 ans) il y a 2 ans. « On a commencé pour le plaisir raconte Théo et rapidement on s’est rendu compte que ça nous plaisait vraiment. Les premières années, c’était tranquille mais à partir de 2014 on a commencé à jouer hors de Sens et ça s’est encore accéléré en 2016 avec la sortie de notre premier album, Michel-Michel Michel » (1).
Un groupe de potes qui écoutent le même genre de musique. Un groupe cool aussi. Il suffit de les voir et entendre sur scène où on les sent ravis de se produire : musique énergique, directe, joyeuse, sans digression, échanges souriants avec le public. « On commence à avoir fait pas mal de concerts ». Il suffit aussi d’ajouter une vue you tube à leur clip « Sleeping » : drôle, détendu, original.  Ces jeunes de Sens (sauf Enzo, Joigny) ont découvert le rock de la génération d’avant sans leurs parents. « On a aussi écouté Police, Téléphone, on n’écoute plus ça maintenant ». Le nom ? « On va vous décevoir mais c’est par hasard. On avait des concerts prévus, il fallait vite qu’on trouve un nom, quelqu’un a dit ça, on a trouvé que ça sonnait bien ». Mais Johnny, c’est quand même très référencé en France. « Johnny, on l’aimait bien ! Mais il y a plein de Johnny qu’on aime : Thunders, Ramone, Rotten… »
Comme les trois derniers cités, ils chantent en anglais. « On ne s’est même pas posé la question, c’est naturel. La plupart des trucs qu’on écoute, c’est de l’anglais. C’est moi qui écris les paroles, dit Théo. Je ne suis pas hyper bon en anglais mais je trouve ça plus facile pour que ça sonne bien. Que ce soit la musique ou les textes, on va là où on se sent à l’aise ».

S.P.
(1)
Le groupe a sorti un 2e album, Princes de l’amour en 2018. Il y a également un EP de 2014 et un split avec Not Scientists de 2019.

En savoir plus
facebook



Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Les Nuits d'été


octobre 2020
Le 2e roman du Montbéliardais Thomas Flahaut, paru en août, est aussi remarqué par les critiques que le premier, Ostwald. Partant de son expérience de transfrontalier, il plonge dans la réalité du monde ouvrier et parle du rapport hommes/machines. Editions de l'Olivier.

Marion Roch rend hommage aux soignants


juillet 2020
La Bisontine Marion Roch vient de faire paraître "Les 1000 pieuvres" chanson dédiée aux soignants, auxquels tous les profits générés seront reversés. Une chanson écrite en deux étapes : en 2016, elle découvre le quotidien des soignants lorsqu'elle accompagne pendant 5 mois sa grand-mère à l'hôpital. Début 2020, lorsqu'on parle une fois de plus des conditions difficiles des soignants, elle reprend ses idées, recueille des témoignages et écrit cette chanson. Sans se douter qu'elle allait sortir en pleine crise sanitaire, troisième référence inopinée de son texte. Disponible en single, à écouter et partager sur youtube

« Citadelle »


décembre 2019
On vous laisse apprécier ici le nouveau morceau electro de l'artiste bisontin Sorg, "Citadelle", hommage à sa ville, accompagné d'une réalisation 100% locale : morceau produit et mixé par Sorg, masterisé par Thomas Fournier, visuel réalisé par Ornella Salvi, prises drones par Jean-Philippe Putaud (Apollo77) et réalisation et lmontage de la vidéo par Christophe Roy (MS Studio / Mesh Photography).

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. Trailer ici.
Voir tout