octobre 2020

Khadija Aziz met l’image au service de la pédagogie

Passionnée de cinéma, cette jeune femme de Mâcon intervient dans les quartiers prioritaires.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Cet été, elle s’est lancée dans un projet documentaire pas évident. Il n’a pas encore de nom mais le titre de travail est évocateur : « De filles à femmes ». « J’aimerais faire parler les jeunes filles et les jeunes mères des quartiers, leur faire raconter leur quotidien et comment on est et devient femme dans un endroit où les stéréotypes sont pesants ». Ce projet est un point de conjonction de deux centres d’intérêt de Khadija : l’image et la pédagogie par l’animation. Depuis 2 ans, elle a créé une autoentreprise de réalisation de fictions, courts métrages, documentaires, films promotionnels. Elle met en avant l’idée de « projets pédagogiques, menés auprès des jeunes, des adolescents, traitant de différentes problématiques par le biais de l'image ». A 32 ans, elle vient également d’obtenir un Dejeps pour être coordinatrice de projets pour la Ville de Mâcon. Côté cinéma, elle a passé un bac L cinéma audiovisuel au lycée Le Castel à Dijon avant d’obtenir un licence art visuel et art du spectacle à l’Université de Lyon 2. « J’ai fait un choix d’études qui m’intéressaient, pas forcément en fonction d’un futur métier ». Pour son bac, elle a fait un court métrage autour de l’idée de faire le bon choix.
Le cinéma de fiction est une passion. « Jeune, j’étais plutôt attirée par les arts plastiques et les lettres. J’ai toujours regardé beaucoup de films. Ado, j’adorais les films d’horreur ! J’ai aussi toujours été attentive à l’image en tant que moyen d’expression, en m’intéressant aux apports du son, au montage, aux effets spéciaux. J’ai des scénarios que j’ai mis de côté et que j’espère reprendre un jour. Mais faire de la fiction, c’est un gros budget ! ».

L'audiovisuel au service de l'animation

Animatrice depuis longtemps dans le quartier de Marbé, elle a compris que l’audiovisuel était un moyen de médiation efficace. « L’image permet d’exprimer beaucoup de choses. Pour ça, c’est très intéressant de créer avec les jeunes. Même si le cinéma leur paraît difficile d’accès, c’est plus facile de leur parler par cet intermédiaire. En termes pédagogiques, on peut faire pas mal de choses, notamment parce qu’en général, ils accrochent vite et comprennent vite. C’est un appui pour ceux qui ont du mal à s’exprimer. Et c’est un média d’équipe qui génère une adhésion, qui aboutit à un résultat, porteur de fierté ».
La notion de médium pédagogique se retrouve dans son travail pour la Ville. Son idée de film fait partie d’un projet sur la place des jeunes femmes issues des quartiers. Associant l’Etat, la Ville de Mâcon, les acteurs de terrain, il a démarré avec le recueil de témoignages d’une centaine de jeunes filles dans les 4 quartiers prioritaires de la ville. « En partant du sentiment d’invisibilité, l’idée était de déterminer les besoins, l’accès aux droits dans une optique d’accompagnement, d’éducation au choix pour favoriser des parcours de vie consentis, peut-être débloquer des situations ». On ressent une grande implication dans ce discours. « Je fais partie de l’école « toujours retourner au terrain ». Pour comprendre, il faut être au contact. Pour recueillir des témoignages, je passe par des travailleurs de terrain, j’y vais plusieurs fois, j’essaie de mettre les jeunes filles en confiance ». Au-delà du témoignage et du constat, le souhait de Khadija est aussi de faire bouger les choses. Question de parcours et de personnalité. « J’aimerais les aider à se décomplexer, à lutter contre les stéréotypes et des situations qu’elles ont trop connues pour les questionner ». Des exemples ? « Dans les quartiers, on ne se mélange pas. Les jeunes filles ont des lieux stratégiques d’évitement des garçons qu’elles nomment TDM (teneurs de mur), préfèrent aller en ville pour se promener. Elles vont penser qu’elles sont faibles parce qu’elles sont des filles. Leur quartier est pesant, mais il s’y trouve quand même une solidarité qu’on ne trouve pas ailleurs. Et puis, il y a garçons et garçons. D’ailleurs j’aimerais faire un débat avec eux. Certains sont dans la même situation que les filles, aimeraient sortir du quartier, voir ailleurs mais se trouvent confrontés aux mêmes individus « négatifs ». Il y a du bon et du mauvais qui cohabite et il faut y trouver une place ».

S.P.
Parcours

Lycée Le Castel
22 Rue Daubenton
21000 Dijon
03 80 76 70 00

Licence art visuel et art du spectacle
Université Lumière Lyon 2
18 quai Claude Bernard
69365 Lyon Cedex 07
04 78 69 70 00

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Nettoyage nature


décembre 2018
Des jeunes de Besançon ont décidé d’assainir les berges du Doubs. Un projet soutenu par le Clap. A lire ici.

Olympiades des métiers 2018


décembre 2018
L'équipe régionale Bourgogne-Franche-Comté a participé avec succès aux finales nationales des Olympiades des métiers (du 29/11 au 1/12 à Caen) : 4 médailles d'or, 7 d'argent, 4 de bronze et 16 médaillons d'excellence décernés aux jeunes ayant obtenu au moins 500 points sur 600. Ces Olympiades servent à valoriser les métiers en regroupant les meilleurs jeunes dans un concours de pratique. Les 4 médaillés d'or de la région : Théo Jeanroy en horticulture, Roman Bizouard en cycle et motocycle, Arnaud Marandet en tôlerie-carrosserie et l'équipe Adrien Ambrosini / Clément Durandeau / Romain Guenard en intégrateur robotique. +infos

L'info des ados : liens entre générations


novembre 2018
A la rentrée 2018, une équipe de France 3 Bourgogne-Franche-Comté a accompagné une classe de 4e du collège Victor Hugo (Besançon) dans la réalisation d'un reportage sur les liens intergénérationnels. Un sujet choisi par les élèves eux-mêmes, au moment de  la Semaine Bleue consacrée aux personnes âgée. L'info des ados, à voir ici.

Rivières : les sentinelles du réchauffement


octobre 2018
Nicolas Caussanel et
Marlène Devillez, kayakistes de niveau international, ont décidé de profiter de leur passion pour alerter au sujet du réchauffement climatique et de l'état des rivières. Ils se lancent dans la réalisation d'un film documentaire, Rivières : les sentinelles du réchauffement. Ils ont lancé un crowdfunding pour mener à bien leur projet. Pour y contribuer, c'est ici.

Prix-jeune de l'engagement


décembre 2017
Pour la 2e année, le Département du Doubs et la Société des membres de la légion d'honneur ont remis les prix "les chemins de l’honneur" à 4 jeunes qui se sont fait remarquer par leur engagement, le sens civique ou le dévouement : Elise Labeuche (1er prix), 20 ans, de Voujeaucourt , qui a mené de nombreuses actions de solidarité et de citoyenneté, Aurélien Pillot, 21 ans, d'Ornans, engagé depuis l’âge de 12 ans au sein des scouts et guides de France, Noa Roussy, 16 ans, de Besançon, championne de boxe France, Europe et Monde qui intervient auprès de jeunes en déviance pour leur redonner confiance et Jafaar Bismillah, 22 ans, de Montbéliard, investi dans la mise en place de la nouvelle section de jeunes sapeurs-pompiers volontaire au centre de secours de Montbéliard.
Voir tout