août 2021

Léa Ferney, médaillée d’argent à 17 ans

La jeune dijonnaise a réussi son tournoi de tennis de table adapté aux Jeux paralympiques de Tokyo, confirmant sa progression rapide.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Avec cette médaille d’argent aux Jeux de Tokyo, Léa Ferney est la première Française vice-championne en para tennis de table adapté. Et elle n’a que 17 ans, motif de fierté supplémentaire, « Je suis vraiment très contente de cette médaille dit la jeune dijonnaise. Quand je suis rentrée à Dijon, j’ai reçu un accueil fabuleux, avec beaucoup de monde. Je n’y croyais pas ! ». Elle revient avec les souvenirs de Jeux réussis dans « l’ambiance géniale de l’équipe de France ». Elle a surtout su gérer une compétition nouvelle pour elle. « J’’étais sereine, tranquille, sans pression. J’ai perdu le premier match, il fallait que j’entre dans la compétition, mais après ça a déroulé. Avec mon entraîneur, on regardait les autres joueuses pour pouvoir s’adapter ». Elle garde même du positif de sa défaite en finale face à la Russe Elena Prokofeva. « Elle est très forte. Je ne l’ai jamais battue, mais c’est la première fois que je lui mets un set ».
Cette 2e place lui donne « encore plus d’envie pour les prochains Jeux ». Dans sa progression, Léa devance tous les espoirs placés en elle. Avant son départ pour le Japon, Yann Yvray, son entraîneur au Dijon tennis de table, affirmait encore : « l’objectif, c’est d’abord Paris 2024 ». Mais au mois de juin, le tournoi qualificatif menant aux Jeux avait révélé que l’ambition pouvait d’ores et déjà être plus élevée. « Il fallait que Léa gagne ce tournoi et elle a sorti deux matches incroyables. Elle a joué le jeu qu’il fallait au moment où il le fallait. C’était assez fort, on a senti un gros déclic ». Après cette performance, Léa Ferney se montrait confiante, connaissant son niveau et celui de ses adversaires. « Je suis contente déjà d’aller aux Jeux, mais peut-être qu'une médaille est possible ». Pari tenu.
La Dijonnaise  n’a que 17 ans et 7 ans de pratique derrière elle. « J’ai commencé le tennis de table lors d’un stage découverte avec la mairie de Dijon. J’ai aimé, j’ai continué et je n’ai jamais arrêté ». Bruno Roux, l’un des encadrants du DTT l’a vue débuter. « Notre boulot, c’est de faire aimer le tennis de table aux jeunes et une fois qu’ils aiment, c’est qu’ils ne partent plus. Avec Léa, c’était facile, elle est douée, elle a une intelligence de jeu, elle est volontaire ». Les compétitions ont rapidement validé son niveau et sa progression, à commencer par un quart de finale de championnat de France en moins de 11 ans. Depuis, elle a notamment gagné 7 titres de championne de France jeune ou senior, 3 médailles aux Jeux européens en 2018, 5 médailles en championnat du monde dont l’or en double mixte avec Lucas Créange (c’était en 2017).
Pour expliquer sa réussite, elle parle de détermination. « J’essaie d'abord de jouer mon jeu ». Yann Yvray complète le tableau : « En match, elle ne montre rien, ne révèle aucune émotion, c’est « poker face » et ça peut déstabiliser les autres. Elle a progressé en gestion de la fatigue. Elle peut gagner en régularité pour avoir un niveau homogène sur toute la durée d’un match, car il y a encore des dents de scie. Il y a un aspect tactique à acquérir : savoir mettre un frein à certains moments, avoir un jeu un peu plus d’attente ».
Pour obtenir ces résultats, elle s’entraîne 15 à 16 h par semaine, avec notamment une préparation physique menée par Sébastien Verdin, autre athlète paralympique (en rugby fauteuil). « Jusqu’à présent, je n’ai jamais ressenti de lassitude » dit-elle. Persévérance d’autant plus remarquable que la jeune fille atteinte d’une déficience psychique innée poursuit en parallèle son parcours professionnel. Elle est actuellement en CAP restauration au lycée professionnel du Castel.
Son niveau de tennis de table facilite ce double projet : il lui vaut le soutien ministériel proposé à certains sportifs de haut niveau à fort potentiel olympique ou paralympique. En février 2020, elle a signé un partenariat en vue de Paris 2024. En équipe de France de sport adapté, elle bénéficie des conseils et de l’expérience de Xu Gang, lui aussi athlète olympique. Elle est également partie prenante du projet de son club de créer une équipe féminine accueillant des joueuses en sport adapté et du circuit « ordinaire ». Complété par l’implication de sa mère, de son frère et de son club, cet environnement permet à Léa de progresser sereinement. Elle apprécie. « Etre internationale me permet aussi de voyager, de visiter des pays ajoute-t-elle. En stage avec l’équipe de France, j’ai déjà pu voir la muraille de Chine ».

S.P.
En savoir +
Dijon tennis de table
12 boulevard Gaston Bachelard
21000 Dijon
07 86 40 22 34
dijontt.clubeo.com

sportadapte.fr

france-paralympique.fr

Palmarès
Jeux paralympiques de Tokyo 2021 : médaille d’argent
Championnats du monde 2017 : médaille d’or en double mixte seniors, argent par équipes seniors, bronze en simple dames junior, dames seniors et double mixte jeunes.
Championnat du monde du sport adapté 2019 : médaille de bronze en double dames.
Championnats d’Europe 2016 : médaille d’argent par équipes, bronze en double dames.
Championnats d’Europe 2019 : médaille de bronze par équipes.
Championnats d’Europe multisports 2018 : médaille d’or par équipes, argent en double mixte et double dames.
Championne de France 2018 et 2019 en seniors simples, doubles dames et mixtes.
4 fois championne de France jeunes (simple et double).
Médaille d’or à l’open de Barcelone 2018, médaille d’argent en 2019

Parcours
Lycée Le Castel
22 rue Daubenton
21000 Dijon
0380767000
lyc-lecastel-dijon.eclat-bfc.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Centres de formation de foot : classement 2021


juillet 2021
La fédération française de football et la ligue de football professionnel ont publié leur classement des centres de formation français en termes d'efficacité. Basé sur des critères sportifs (temps de jeu en équipe première, sélections...) et scolaires, il propose un état des lieux de 36 centres, parmi lesquels 3 burgo-comtois. En 2020 - 2021, celui de Sochaux se place 14e, celui d'Auxerre 19e et celui de Dijon 34e. Compte-rendu disponible ici.

Combiné nordique : les juniors français vice-champions du monde


mars 2020
Bel exploit pour les 4 jeunes du haut Doubs qui formaient l'équipe de France hommes aux championnats du monde junior d'Oberwiesenthal : Gaël Blondeau (également médaille de bronze en individuel), Maël Tyrode, Egar Vallet, Mattéo Baud terminent médaillés d'argent derrière l'équipe d'Autriche.

Jet ski


septembre 2019
Dylan Lucht, Wilfried Gurnot et Robin Sylvester, trois jet-skieurs doubiens (lire notre article) ont participé au JX GP de Suisse les 24 et 25 août au Bouveret. Le premier nommé est revenu vainqueur de l'une des 11 courses du week-end (Am Ski JX3). Il a également gagné le championnat de Belgique le 1er septembre.

Ultimate frisbee


janvier 2019
Bravo aux joueuses de l'équipe féminine dijonnaise Ladies'jonctées, championne de France élite d'ultimate frisbee en salle le 3 janvier. +infos

Anouck Clément


août 2018
A 17 ans, la capitaine du club bisontin de Palente a participé en juin au championnat d'europe U18 de beach handball au Monténégro avant d'être l'une des 10 sélectionnées pour le mondial seniors le mois suivant à Kazan (Russie) où l'équipe de France a perdu 3 matches au 1er tour avant d'enchaîner sur 3 victoires en ronde de consolation. Bilan : 11e place lors des deux compétitions.
Voir tout