mars 2005

“Garçon d’honneur”, premier CD d’Alex Beaupain

A 30 ans, le Bisontin publie un bel album mélodique et mélancolique.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
A l’écoute, deux influences surgissent, dans les textes comme dans les paroles : Souchon pour “la Flemme” et “Quitter la ville”, Dominique A. sur “Lave” ou  “Pourquoi viens-tu si tard ?” (où il adopte carrément les intonations et la voix dudit Dominique). Il y a bien pire comme modèles. L’évocation de ces deux noms suffit à situer l’ambiance : chant mélancolique, voix intimiste, son clair, mélodies charmeuses, textes élégants. Christophe Honoré, l’écrivain, le cinéaste pour qui il a créé la musique de “17 fois Cécile Cassard” en 2002, retient de cette atmosphère un dévoilement et parle “d’autofiction à l’heure de la chanson” : “Et ce qui nous touche lorsque nous l’écoutons, c’est sa solitude : face à nous soudain se tient un plus fort que nous, qui s’expose et se moque de lui-même, qui se donne entièrement sans chercher à plaire, sans chercher à créer un idiot mystère. Alex Beaupain ne joue pas du micro. Il nous parle directement”.
Par delà les influences, qui sont de toute façon celles d’une bonne partie de la chanson françaises actuelle (on pourra encore citer le côté Biolay de "Brooklyn bridge"), le Bisontin d’origine, parti à Paris à 18 ans pour faire Sciences Po, installe donc un climat personnel à travers 11 titres très recommandables. Le climat correspond à la photo de pochette : derrière le chanteur-auteur-compositeur, des nuages cotonneux passent devant le soleil (mais on peut le dire autrement : derrière les nuages, il y a le soleil). Entre la ballade intimement universelle de “la Flemme” et les gouttes de piano tristes de “Brooklyn bridge”, cet album est une réussite. Réussite plus que prometteuse puisqu’Alex Beaupain aurait près de 100 titres en stock. 

Stéphane Paris
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Des mentions au concours de piano d'Epinal


mai 2022
Des élèves bisontins de Christine Lambert ont participé au programme piano du concours artistique d'Epinal, le 3 avril. Avec des belles prestations puisque Minh-Long Ngo a obtenu la mention bien à l'unanimité, Leila Boudot et Ernad Husejinovic ont obtenu la mention très bien et Anh-Khoa Ngo la mention très bien à l'unanimité.

Marion Roch rend hommage aux soignants


juillet 2020
La Bisontine Marion Roch vient de faire paraître "Les 1000 pieuvres" chanson dédiée aux soignants, auxquels tous les profits générés seront reversés. Une chanson écrite en deux étapes : en 2016, elle découvre le quotidien des soignants lorsqu'elle accompagne pendant 5 mois sa grand-mère à l'hôpital. Début 2020, lorsqu'on parle une fois de plus des conditions difficiles des soignants, elle reprend ses idées, recueille des témoignages et écrit cette chanson. Sans se douter qu'elle allait sortir en pleine crise sanitaire, troisième référence inopinée de son texte. Disponible en single, à écouter et partager sur youtube

« Citadelle »


décembre 2019
On vous laisse apprécier ici le nouveau morceau electro de l'artiste bisontin Sorg, "Citadelle", hommage à sa ville, accompagné d'une réalisation 100% locale : morceau produit et mixé par Sorg, masterisé par Thomas Fournier, visuel réalisé par Ornella Salvi, prises drones par Jean-Philippe Putaud (Apollo77) et réalisation et montage de la vidéo par Christophe Roy (MS Studio / Mesh Photography).

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. Trailer ici.
Voir tout