mai 2016

Le style Oblique

Quatre Bisontins de 26 ou 27 ans se sont lancés dans un ambitieux projet musical de "progressive hop".
Photo Yves Petit
Le style Oblique Le style Oblique

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Pour ses débuts, Oblique distille sa production au compte-goutte : 4 titres sont apparus sur son bandcamp en février, 4 autres mi-mai. Les 4 prochains seront disponibles en septembre. A ce moment-là, le premier projet du groupe sera complet : il s’agit d’"A ballad thru Obliquity", dont les 12 titres illustrent 12 chapitres d’un texte écrit par Simpson. L’histoire d’un homme qui redécouvre la ville qui l’a vu grandir. «C’est son journal ou son carnet de bord. Il raconte ce qu’il vit et ce qu’il pense avec des moments un peu oniriques nés d’une frontière floue entre ce qui lui arrive et ce qu’il imagine».
La musique illustre cette histoire dans une sorte de concept album complété par des illustrations du collectif parisien DuVent. Au bout du projet, matériellement il y aura peut-être un disque et avec certitude 6 journaux imprimés et des gravures numérotées de 1 à 500. Ces objets sont déjà disponibles lors des concerts du groupe. Ils sont également en vente à prix libre sur le bandcamp.
Oblique est un groupe neuf mais loin d’être inexpérimenté. «On a créé le groupe en janvier pour adapter en live la musique des EP». Sur scène, l’auteur des textes est  à la basse et aux machines. Simpson joue aussi avec Preacherz, Phonograff et Clara Yucatan, mais il est au cœur d’Oblique, incarnation de son projet personnel. Avec lui, Félix (saxophone, synthés, chant), Sélim (flûtes),  Anthony (basse et machines). Tous ont des activités musicales parallèles, certaines ayant déjà une petite réputation comme Pira.Ts dont fait partie Sélim. Anthony est aussi dans Of June et Blevnoir. Quant à Félix, il cumule un projet solo (Felp), un autre avec Miqi O et des participations à divers collectifs répondant aux noms de Chienvoler, les Guerres d’l’Amour, Bellflower, Dondepiano. Des noms moins évocateurs par ici car il s’agit de groupes de Montréal où Félix s’est expatrié depuis 8 ans. La musique d’Oblique est le fruit de sa collaboration avec Simpson. «On avait envie de travailler ensemble mais ce n’est pas très facile quand on est éloigné. Je me suis rendu à Montréal et Félix est revenu à Besançon en début d’année. On avance plus vite et mieux quand on est ensemble physiquement, l’échange est immédiat»

   Progressive hop

«En général, Simpson arrive avec un beat et on part du texte pour construire une musique en rapport avec l’ambiance du chapitre. J’ajoute des mélodies, des textures, j’étoffe la structure» explique Félix.
Cela donne du progressive hop, un nom qu’ils ont adopté parce qu’il en faut un, «mais cela ne ressemble directement à rien de particulier. Il fait référence au rock prog et psyché pour le côté contemplatif, complexe, les structures qui changent mais rythmiquement, on est plus dans la tradition afro-américaine soul et hip-hop. Il y a de l’electro parce que c’est notre époque et des samples qui vont chercher dans le jazz ou le funk». Un éclectisme à l’image de ce qu’ils écoutent. Sans trop chercher, Félix cite la Turque Selda, Roland Kirk et Beck ; Simpson Heimat, Sufjan Stevens et le Réunionnais Alain Peters tandis qu’Anthony serait plus rock et electro.
«Tous les morceaux sont prêts mais on a choisi d’étaler les sorties pour intriguer, pour que ça passe moins inaperçu que si on donnait tout d’un coup. On est sur un rythme lent parce que c’est aussi un projet qui prend du temps avec les journaux et les illustrations à imprimer. Peut-être qu’après on partira sur un truc plus simple».
Ils n’en sont pas là. Après une résidence à la Rodia, ils s’apprêtent à partir en tournée au Québec du 4 au 16 juin grâce à l’aide du Clap, de la Région Bourgogne-Franche-Comté et de l’Office franco-québécois pour la jeunesse. Ici, on pourra les revoir à la rentrée. Un concert est d’ores et déjà prévu au Moloco d'Audincourt le 14 octobre.

S.P.



Les goûts musicaux du groupe sont très éclectiques et effectivement, l’écoute des 8 premiers titres, très instrumentaux,  fait penser à beaucoup de choses - mais l'ensemble à rien de particulier. "Gateness" évoque la soul des seventies, "le Garage" a des accents trip-hop, "Baron square" commence comme une musique de film avant de verser dans le jazz psychédélique, "Along feeler" peut faire penser aux premiers travaux de DJ Vadim. Quant à "Ghost islands", elle débute comme un inédit de Sparklehorse puis bifurque ballade country (mais le genre reste incertain).

Les suivre
bandcamp

facebook

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Des mentions au concours de piano d'Epinal


mai 2022
Des élèves bisontins de Christine Lambert ont participé au programme piano du concours artistique d'Epinal, le 3 avril. Avec des belles prestations puisque Minh-Long Ngo a obtenu la mention bien à l'unanimité, Leila Boudot et Ernad Husejinovic ont obtenu la mention très bien et Anh-Khoa Ngo la mention très bien à l'unanimité.

Marion Roch rend hommage aux soignants


juillet 2020
La Bisontine Marion Roch vient de faire paraître "Les 1000 pieuvres" chanson dédiée aux soignants, auxquels tous les profits générés seront reversés. Une chanson écrite en deux étapes : en 2016, elle découvre le quotidien des soignants lorsqu'elle accompagne pendant 5 mois sa grand-mère à l'hôpital. Début 2020, lorsqu'on parle une fois de plus des conditions difficiles des soignants, elle reprend ses idées, recueille des témoignages et écrit cette chanson. Sans se douter qu'elle allait sortir en pleine crise sanitaire, troisième référence inopinée de son texte. Disponible en single, à écouter et partager sur youtube

« Citadelle »


décembre 2019
On vous laisse apprécier ici le nouveau morceau electro de l'artiste bisontin Sorg, "Citadelle", hommage à sa ville, accompagné d'une réalisation 100% locale : morceau produit et mixé par Sorg, masterisé par Thomas Fournier, visuel réalisé par Ornella Salvi, prises drones par Jean-Philippe Putaud (Apollo77) et réalisation et montage de la vidéo par Christophe Roy (MS Studio / Mesh Photography).

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. Trailer ici.
Voir tout