septembre 2020

Roxanne Frank en toute franchise

Elle a rejoint l’ESBF en 2017, à 19 ans. Depuis, elle s’est imposée dans la cage bisontine tout en poursuivant ses études. Elle est même devenue internationale. A l’aube de sa 4e saison à Besançon, l’Alsacienne de naissance réagit aux dossiers du moment, évoque son parcours et livre quelques détails sur son quotidien.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Parlons d’abord de l’actu de l’été. Comment s’est passé le début de saison, alors que la Covid rôde toujours ?
La reprise a été particulière. Nous devons effectuer des tests PCR quasiment chaque semaine et respecter les gestes barrières au quotidien. Mais le staff a su bien organiser notre préparation autour de tout ça et nous sommes prêtes pour débuter cette nouvelle saison.

Comment as-tu encaissé l’annonce de Raphaëlle Tervel (1), début août, qui a expliqué qu’elle quitterait le club à l’issue de cette saison, comme son adjointe Sandrine Mariot-Delerce et l’ensemble du staff ?
J’ai été un peu surprise. Mais je trouve que c’est une bonne chose de l’annoncer si tôt, pour nous et pour le club. Pour moi, ça ne changera rien pour cette saison, si ce n’est que je ferai  tout pour bien tourner cette page de l’histoire du club. Pour la suite de ma carrière, je prendrai en compte cette décision. Nous ne savons pas encore qui sera à la tête de l’équipe après… 

Rembobinons le fil. Peux-tu retracer le parcours qui t’a conduite dans le groupe France ?
Je suis née à Mulhouse. Mes parents vivent d’ailleurs toujours en Alsace. J’ai débuté le handball à 8 ans à Soulce, un club de village, avec les garçons. Mais ils ne me passaient pas le ballon, alors je suis allée dans les buts et j’ai fait des arrêts ! Donc j’y suis restée. J’ai joué ensuite 2 ans à Colmar puis 3 ans à Achenheim Truchtersheim (N1), pendant mes années au pôle espoirs à Strasbourg. Et je suis arrivée à Besançon en 2017, parce que je savais que le club s’appuyait sur les jeunes et que je pourrais poursuivre mes études. Ici,  la particularité, par rapport à Metz ou Brest, c’est que nos séances d’entrainement, à midi et 18 h, nous le permettent. Un autre critère a compté : le vécu et l’expérience des coaches, qui ont connu le très haut niveau.

Pas de regret ?
Non. Je suis en fac AES. J’ai fait mon stage au service juridique du Département, avec un aménagement particulier du fait de mon statut de joueuse de haut niveau. Il a été écourté à cause du confinement, mais j’ai bien aimé.

Revenons au terrain. Ton poste est spécial et la gestion des gardiennes est particulière en handball, sans forcément de hiérarchie prédéfinie. Comment appréhender cela ?
Déjà, il ne faut pas avoir peur. Moi, gamine, j’étais une vraie casse-cou ! Pour la concurrence, ça dépend du binôme. C’est mieux si on s’entend bien... Aujourd’hui je partage le poste avec la Norvégo-Japonaise Sakura Hauge et cela se passe bien. On s’entraîne pareil et on sait qu’en match, on partage le temps de jeu, mais on travaille pour l’équipe. Si tu fais un match de fou, tu as des chances de commencer celui d’après. Cela peut également dépendre du profil des adversaires. Il y a une part de bluff qui se met en place avec les ailières adverses, c’est un peu un jeu. Moi j’aime bien ce rapport de force qui s’installe avec les shooteuses. Il y a une part de psychologie. Quand tu commences à enchaîner les arrêts, les adversaires perdent confiance, shootent moins et c’est bon pour l’équipe. Le plus dur sur le poste, c’est d’être régulière, c’est vers quoi il faut tendre. On a chacune des points forts…

Quels sont les tiens ?
Aux penalties, je ne suis pas mal, j’ai eu un bon pourcentage de réussite la saison dernière.

Suis-tu un entraînement spécifique ?
Oui, c’est Igor Tchoumak qui s’occupe de nous. Ça se passe bien.

Un double champion olympique comme entraîneur, ça pourrait être pire…
Oui, il nous donne des conseils techniques. Son truc, ce sont les balles de tennis. Cela permet de bosser les réflexes et la poussée sur les jambes.

Recueilli par Christophe Bidal
(1)
Coach de l'ESBF.

En savoir plus
esbf.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Combiné nordique : les juniors français vice-champions du monde


mars 2020
Bel exploit pour les 4 jeunes du haut Doubs qui formaient l'équipe de France hommes aux championnats du monde junior d'Oberwiesenthal : Gaël Blondeau (également médaille de bronze en individuel), Maël Tyrode, Egar Vallet, Mattéo Baud terminent médaillés d'argent derrière l'équipe d'Autriche.

Jet ski


septembre 2019
Dylan Lucht, Wilfried Gurnot et Robin Sylvester, trois jet-skieurs doubiens (lire notre article) ont participé au JX GP de Suisse les 24 et 25 août au Bouveret. Le premier nommé est revenu vainqueur de l'une des 11 courses du week-end (Am Ski JX3). Il a également gagné le championnat de Belgique le 1er septembre.

Ultimate frisbee


janvier 2019
Bravo aux joueuses de l'équipe féminine dijonnaise Ladies'jonctées, championne de France élite d'ultimate frisbee en salle le 3 janvier. +infos

Anouck Clément


août 2018
A 17 ans, la capitaine du club bisontin de Palente a participé en juin au championnat d'europe U18 de beach handball au Monténégro avant d'être l'une des 10 sélectionnées pour le mondial seniors le mois suivant à Kazan (Russie) où l'équipe de France a perdu 3 matches au 1er tour avant d'enchaîner sur 3 victoires en ronde de consolation. Bilan : 11e place lors des deux compétitions.

Nicolas Fleury


octobre 2017
Les premiers championnats du monde urban cycling UCI sont prévus du 8 au 12 novembre à Chengdu (Chine). Au programme, 3 disciplines : le mountain bike Eliminator (XCE), le trial et le BMX freestyle park. Parmi les sélectionnés de l'équipe de France figure le Bisontin Nicolas Fleury, 20 ans, dont nous avons parlé en 2015.
Voir tout