juin 2020

Tom Rochet, des pistes d'athlétisme à la scène

Le Belfortain de 20 ans a atteint la finale du télé-crochet The Voice, finissant 3e. Bien connu dans la région pour ses performances en athlétisme, le jeune homme démontre qu'il sait aussi faire le show sur scène.
Photo Bureau 233 / ITV / TF1

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
« Mon objectif, ce serait de vivre de la musique », explique avec enthousiasme Tom Rochet. Son parcours à l'édition 2020 du télé-crochet de TF1 The Voice peut le conforter dans cette idée. Tom a séduit les téléspectateurs qui l'ont envoyé en finale. Le 13 juin, lors de la finale, il a recueilli 13 % des voix et une 3e place. Pour le jeune homme, l’aventure The Voice a été une révélation. « Avant l’émission, je me voyais plutôt faire carrière dans l’athlétisme », avance-t-il. 

Des performances en athlétisme

Un sport qu’il pratique depuis ses 6 ans. Enfant, il évolue au club de Châtenois-les-Forges, puis, au sein du Montbéliard Belfort Athlétisme. Il se spécialise en 60 et 100 mètres et décroche, en 2017, le titre de champion de France cadet du 60 mètres. Une fois son bac ES (économique et social) en poche, il commence une licence en Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives), à Besançon. En parallèle, il obtient une bourse pour partir étudier aux États-Unis, « un pays qui (l)e faisait rêver ».
Après un semestre à l’université en Staps, il s’envole pour le campus d’Elkins, en Virginie-Occidentale, en vue de suivre des études de kiné et progresser en athlétisme. « Mais en raison de problèmes administratifs, je n’ai pas pu m'entraîner avec l’équipe d’athlétisme, ni pu faire de compétitions, détaille-t-il. Alors, je me suis concentré sur la musique, ma deuxième passion depuis tout petit. »
Ado, il a suivi des cours de batterie pendant trois ans et appris le piano en regardant des vidéos sur internet. Au lycée, il chantait dans un groupe avec des amis du lycée Gustave Courbet de Belfort. « On a fait quelques petites scènes dans des villages autour de Belfort, rien de fou mais c’était vraiment cool », se souvient-il.

Repéré sur les réseaux sociaux

Aux États-Unis, le Franc-Comtois passe beaucoup de temps dans une chapelle du campus. « Il y avait un piano et une acoustique vraiment top. » Il publie sur Instagram des vidéos dans lesquelles il fait des reprises. « Mon style, c’est surtout le R’n’B, la soul, le gospel, précise-t-il. J’adore chanter en anglais. Toutes mes idoles sont des stars anglophones : Beyoncé, Jay-Z, Drake, Aretha Franklin, James Brown… » Des casteurs le repèrent et lui proposent de passer une audition à Paris pour intégrer The Voice. Tom rentre en France plus tôt que prévu et réussit son casting pour être candidat au télé-crochet.
Pour sa première fois sur scène, lors des auditions à l'aveugle, il reprend le titre « Let it be » des Beatles. Il fait l’unanimité : les quatre jurés de l’émission se retournent. Tom choisit de rejoindre l’équipe de la chanteuse Amel Bent. « C’est celle qui est la plus proche de mon univers », explique le jeune homme. Aux épreuve consacrées aux K.O, il s’illustre en chantant « Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai » de Francis Cabrel et décroche sa place pour les demi-finales. Mais l’aventure est interrompue en raison de la pandémie de Covid-19. Confinement oblige, le Belfortain répète chez lui et doit prendre son mal en patience, les demi-finales étant repoussées d’un mois. Lors de celles-ci, il confirme son attrait pour la soul et s’illustre en reprenant « Free » de Stevie Wonder. Quid de ses plans pour la suite ? À la rentrée, il souhaite intégrer une école de musique à Nancy. 

Chloé Marriault
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

« Citadelle »


décembre 2019
On vous laisse apprécier ici le nouveau morceau electro de l'artiste bisontin Sorg, "Citadelle", hommage à sa ville, accompagné d'une réalisation 100% locale : morceau produit et mixé par Sorg, masterisé par Thomas Fournier, visuel réalisé par Ornella Salvi, prises drones par Jean-Philippe Putaud (Apollo77) et réalisation et lmontage de la vidéo par Christophe Roy (MS Studio / Mesh Photography).

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. Trailer ici.

Kreshendo


septembre 2015
Le rappeur bisontin vient de publier son premier album "Je suis qu'un homme". En vente 10 euros au Forum, en écoute sur deezer. Pour en savoir plus, facebook. A voir, son dernier clip, "Sale trip".

MyTremplin


juillet 2014
Ce dispositif du Conseil général du Jura vise à promouvoir et à aider les formations musicales du département en leur offrant la possibilité de monter sur scène et/ou de disposer d’un accompagnement artistique réalisé par le Moulin de
Brainans. Cette année, 5 lauréats ont été désignés par le jury et bénéficient de ce dispositif : Célia (folk rock), L’Homme s’Entête (chanson), Max Gulliver (pop), The Donuts Machine Band (chanson blues) et Gunther Tarp (rock).
Voir tout