avril 2022

Une bouffée d’art libre

Artiste pluridisciplinaire, chargée de communication, Chloë Aliénor contribue à animer le milieu culturel de Lons-le-Saunier.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Chloë Aliénor, pseudonyme d’artiste, est tour à tour ou parfois en même temps dessinatrice, peintre, photographe, poète. Il lui arrive de produire des photographies-dessinées, de mélanger écriture et dessin, écriture et photo puis de passer à des fresques murales ou au dessin numérique. La palette est large. « Je n’aime pas me fixer à une seule pratique, explique cette artiste autodidacte, et je n’aime pas non plus être placée dans une case ».
L’affirmation se retrouve sur le plan professionnel. Chloë n’est pas seulement artiste ; elle est aussi chargée de communication de l’association Prod’j, qui gère le Bœuf-sur-le-Toit à Lons-le-Saunier. A ce titre, elle s’occupe de la programmation du Darius club. C’est aussi elle qui fut, avec Isabelle Jobard, à l’origine du festival Viens voir centré sur la création artistique graphique et littéraire. Elle baigne dans le milieu culturel, en multipliant les casquettes. Par goût et un peu par nécessité. « J’ai deux activités professionnelles parce qu’en tant qu’artiste, c’est ce que tu vends qui te fait vivre. C’est hyper aléatoire alors il vaut mieux pouvoir compléter. Mais les deux activités se nourrissent l’une de l’autre ».
Elle a grandi en Bourgogne où elle a fait des études dans les métiers du spectacle puis son parcours professionnel l’a menée dans le Jura. « Je suis arrivée en 2012 pour travailler pour le théâtre Group en tant que chargée de com. C’était mon premier poste et j’ai beaucoup appris ». Côté artistique, elle est autodidacte. « J’ai toujours aimé l’art, j’ai toujours lu de la poésie, j’ai toujours écrit, mais c’était un moyen d’expression personnel, j’ai longtemps préféré dessiner dans mon coin. Pendant mes études, j’avais laissé de côté la pratique. J’ai retrouvé le chemin de l’art quand j’ai commencé à travailler. Depuis que je me suis remise dedans, ça prend de plus en plus de place dans ma vie ». Elle a créé son statut d’artiste en 2018 et y trouve satisfaction. « J’aime me mettre des défis, être au pied du mur. Même si je reste assez solitaire dans ce que je fais, j’aime partager, parler avec les gens de ce que je fais. Mais il faut être prêt à entendre qu’on aime ou qu’on n’aime pas ! C’est l’enjeu de montrer ses productions. Si on ne montre jamais, on peut passer sa vie à se dire que ce n’est pas assez bien. Echanger, c’est aussi ce qui rend vivant ». Elle trouve son inspiration en « potassant » d’autres artistes ou dans son quotidien. « La vie m’inspire ! Etre artiste, c’est poser un regard sur ce qui t’entoure. Le matériel est à l’extérieur et on peut faire de l’art avec peu de choses. Dans cette activité, j’aime aussi l’idée que tu es maître de ce que tu fais, tu suis ta logique ».

Stéphane Paris
En savoir +
chloealienor.com

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Finales nationales 2022


février 2022
Les finales nationales se sont déroulées dans 64 métiers différents de 7 pôles (alimentation, automobile et engins, communication, végétal, BTP, industrie, service) et ont rassemblé près de 600 compétiteurs à Eurexpo Lyon. Cette ville devrait recevoir la compétition mondiale 2024.

46es wordskills


février 2022
La phase de compétition worldskills en cours est la 46e. Anciennement Olympiades des métiers, devenus compétition des métiers, les worldskills se déclinent en épreuves régionales, nationales, européennes et internationales. Les meilleurs de chaque phase sont sélectionnés pour l’échelon suivante (au niveau national, le 1er part aux épreuves internationales, le second aux européennes). Chaque phase met aux prise des jeunes dans de nombreuses spécialités professionnelles. Cette compétition est ouverte à tous les jeunes de moins de 23 ans, quels que soient leur statut (apprenti, lycéen, étudiant, salarié, demandeur d’emploi).

Métiers de demain


février 2022
La chaîne parcoursmetiers.tv lance une série sur "les métiers de demain". Un chiffre : pour 85 % des élèves actuellement scolarisés, le métier qu'ils exerceront en 2030 n'existerait pas encore. Dans le premier épisode, le métier de thérapeute en désintoxication digitale est à l'honneur. Ce métier d'avenir se développe pour lutter contre les nouvelles addictions à Internet.

#Rejoinsleservicepublic


mai 2021
L'Etat lance une campagne pour recruter des jeunes. Destinée à mieux faire connaître et valoriser la diversité de la fonction publique, tant en termes de secteurs, que de carrières, cette initiative titrée « travailler pour l’Etat ce n’est pas ce que tu crois » est née d'un constat paradoxal : « La fonction publique souffre d’un déficit de visibilité et d’attractivité auprès des jeunes, le nombre de candidatures aux concours ayant été divisé par deux entre 1995 et aujourd’hui. Le désir d’engagement des jeunes au service de tous, en particulier dans le milieu associatif, atteint pourtant des records. » Cette année, la fonction publique propose par exemple 100 000 postes aux jeunes. Pour les connaître : #Rejoins le service public sur les réseaux sociaux et fonction-publique.gouv.fr.

La justice recrute


janvier 2019
La direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) recrute des éducateurs et des éducatrices par concours interne et externe sur épreuves. Information et inscriptions jusqu'au 4 mars sur lajusticerecrute.fr. Le concours d’éducateur est ouvert à tout candidat titulaire d’un bac+2 minimum (concours externe) et aux fonctionnaires ou agents publics depuis au moins trois ans (concours interne). Epreuves écrites en mai, oral en décembre.
Voir tout