mai 2021

« Il est important que des jeunes s’engagent »

Mélanie Balson, 23 ans, est conseillère municipale à Dijon.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Quand, comment et pourquoi avez-vous eu envie de vous impliquer dans la vie politique ?
J’ai voulu m’engager à l'âge de 17 ans et je me suis rapprochée d'un mouvement politique. J’ai commencé à aller sur le terrain, coller des affiches, distribuer des tracts.  J’ai surtout apprécié le débat, la confrontation d’idées avec des jeunes de mon âge. Petit à petit, j’ai pris des responsabilités, je suis devenue animatrice fédérale, j’ai rencontré des personnalités politiques qui m’ont permis de progresser. Quand on ‘a proposé d’être sur la liste aux dernières municipales, j’ai accepté. Je suis juste conseillère municipale car entretemps je suis devenue infirmière et je veux privilégier ma vie professionnelle. Plus tard, peut-être que je m’impliquerai plus.

Etre jeune est-il un handicap ?
Je pensais qu’en tant que jeune on allait moins m’écouter mais ce n’est absolument pas le cas. Les autres élus sont intéressés par les avis des jeunes parce qu’on n’a pas toujours les mêmes interrogations. Je peux donner mon point de vue, infléchir des décisions et je ne m’y attendais pas ! Les jeunes peuvent avoir un œil extérieur et neuf et de mon point de vue, c’est plutôt bien accepté par les élus plus expérimentés. C’est important que des jeunes s’engagent. Si l’on veut prendre part aux décisions qui concernent notre avenir, c’est maintenant qu’il faut le faire.

Comment voyez-vous votre rôle d’élu ?
Etre dans un conseil municipal est intéressant car cela signifie être tout le temps sur le terrain et dans des dossiers qui ont un impact concret et direct sur la vie des citoyens. C'est de la proximité. On est amené à rencontrer les gens, à échanger, à être au cœur de leurs préoccupations quotidiennes. Et en même temps, on aborde des projets d’envergure comme l’alimentation durable ou le bus à hydrogène. On est amené à s’investir dans ces dossiers pour expliquer aux citoyens ce que ça va changer.

Quelles sont vos principales tâches ? Quel temps y consacrez-vous ?
Chaque lundi, il y a une réunion des élus de la majorité pour parler des dossiers en cours. Il y a aussi une réunion de groupe politique une fois par mois. Une à deux fois par mois, j’ai une permanence de quartier pour rencontrer les habitants.  Ensuite, les différents dossiers donnent lieu à diverses réunions et rencontres. C’est difficile d’évaluer le temps passé car c’est aléatoire, mais je dirais 1 à 2 h par jour en moyenne.

Après presque un an d’exercice, est-ce que cela correspond à ce que vous imaginiez ? Avez-vous eu des surprises, des déceptions ?
Dans la mesure où je n’ai pas fait d’études politiques et où c’est mon premier mandat, tout est découvertes, à commencer par le fonctionnement interne de l’institution ! J’avais des a priori sur le monde politique, dans lequel je ne savais pas si moi, jeune infirmière, j’aurais ma place. Mais on m’a encouragée, on m’a dit que mon avis importait. Je pense que j’ai pris des connaissances et de l’assurance. En étant élue, je crois qu’en un an j’en ai appris beaucoup plus sur ma ville qu’auparavant. J’ai été amenée à m’intéresser à des sujets que je ne connaissais pas, à l’instar des bus à hydrogène. Rétrospectivement, je ne pensais pas que je ferais tout ce que j’ai fait ! Cependant, il est quand même compliqué de conjuguer vie professionnelle et vie politique, sans compter la vie privée ! Il y a des sacrifices à faire.

Ces fonctions vous plaisent-elles ?
Oui parce que je m’aperçois que je prends part à des décisions importantes, qui ont un impact, et que mon avis compte. Je continue à penser qu’il est important de s’engager.

Recueilli par Stéphane Paris
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Tri-Haut pour l'Everest


avril 2021
Beau projet inscrit sur energiejeune.fr : un trio de copains sportifs étudiants en école d'ingénieurs veulent agir pour l'environnement au Népal où les nombreux treks en haute altitude engendrent des quantités de déchets importants. Le Népal n’a pas les infrastructures nécessaires pour les traiter et nombreux sont les déchets non-recyclables qui finissent directement dans les rivières. Leur objectif est de créer un incinérateur dans le village de Pangboche, à 4 000 m d’altitude.Une campagne de financement participatif est en cours à l'adresse helloasso.com. En savoir +

Nettoyage nature


décembre 2018
Des jeunes de Besançon ont décidé d’assainir les berges du Doubs. Un projet soutenu par le Clap. A lire ici.

Olympiades des métiers 2018


décembre 2018
L'équipe régionale Bourgogne-Franche-Comté a participé avec succès aux finales nationales des Olympiades des métiers (du 29/11 au 1/12 à Caen) : 4 médailles d'or, 7 d'argent, 4 de bronze et 16 médaillons d'excellence décernés aux jeunes ayant obtenu au moins 500 points sur 600. Ces Olympiades servent à valoriser les métiers en regroupant les meilleurs jeunes dans un concours de pratique. Les 4 médaillés d'or de la région : Théo Jeanroy en horticulture, Roman Bizouard en cycle et motocycle, Arnaud Marandet en tôlerie-carrosserie et l'équipe Adrien Ambrosini / Clément Durandeau / Romain Guenard en intégrateur robotique. +infos

L'info des ados : liens entre générations


novembre 2018
A la rentrée 2018, une équipe de France 3 Bourgogne-Franche-Comté a accompagné une classe de 4e du collège Victor Hugo (Besançon) dans la réalisation d'un reportage sur les liens intergénérationnels. Un sujet choisi par les élèves eux-mêmes, au moment de  la Semaine Bleue consacrée aux personnes âgée. L'info des ados, à voir ici.

Rivières : les sentinelles du réchauffement


octobre 2018
Nicolas Caussanel et
Marlène Devillez, kayakistes de niveau international, ont décidé de profiter de leur passion pour alerter au sujet du réchauffement climatique et de l'état des rivières. Ils se lancent dans la réalisation d'un film documentaire, Rivières : les sentinelles du réchauffement. Ils ont lancé un crowdfunding pour mener à bien leur projet. Pour y contribuer, c'est ici.
Voir tout