janvier 2023

« Le Fica permet de vivre de beaux moments »

Antoine Raffin, lycéen aux Haberges, va vivre son 2e festival international des cinémas d’Asie en tant que président du jury jeune. Avec une certaine impatience, tant le jeune vésulien garde un bon souvenir de l’édition 2022.
« Le Fica permet de vivre de beaux moments » « Le Fica permet de vivre de beaux moments »

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Comment es-tu devenu président du jury jeune ?
L’an dernier, j’ai demandé à participer au jury jeune et Jean-Marc Thérouanne, le délégué général du Fica m’a sollicité pour être président. Je l’ai pris comme un honneur et un plaisir et j’ai dit oui car ce principe de jury jeune m’intéresse beaucoup. C’est à la fois une école du regard et une manière d’associer les jeunes à la culture.

Si tu es à nouveau président, c’est que l’édition de l’an dernier s’est bien passée ?
C’était une très belle expérience. Cela a été l’occasion de faire des rencontres entre nous, mais aussi avec des intervenants du monde du cinéma. Participer au jury permet de découvrir et d’apprendre beaucoup de choses. Je trouve qu’on en sort grandi personnellement et culturellement. Ça ouvre le regard ! On a vécu des moments forts, on a participé à un festival important pour Vesoul, pour la région, qui a une portée internationale. J’ai été honoré qu’on me propose à nouveau d’être président. J’ai hâte de revivre cette expérience, de retrouver l’ambiance conviviale du festival et de découvrir les nouveaux thèmes abordés.

Concrètement, quel est le rôle du jury ?
Il est constitué de jeunes de collégiens à étudiants. On se réunit pendant une semaine en soirée pour visionner des films documentaires sur des sujets divers. Souvent, c’est accompagné d’échanges avec des réalisateurs ou des acteurs. On donne notre avis sur les films et on remet un prix à la fin du festival. L’an dernier, c’est 1er février, de Leila Macaire et Mo Mo, qui a été primé. C’était assez unanime, on a tous été séduits par ce film.

Et celui de président ?
C’est un rôle d’échanges avec les membres du jury et avec les intervenants, de présentation du jury lors de l’ouverture et de remise de prix. Mais je retiens surtout l’échange, car c’est un moment que l’on vit tous ensemble, avec beaucoup d’interactions.

Avais-tu assisté à des séances du festival auparavant ?
Oui, la première fois qu’on m’y emmené, j’étais à l’école primaire ! Depuis, c’est un événement qui m’a toujours plu, qui permet de satisfaire une curiosité culturelle. Les cinémas d’Asie, c’est très vaste, ce qui permet d’aborder la culture asiatique par plusieurs angles. Ce sont également des styles de cinéma différents de ce qu’on a l’habitude de voir. C’est un moyen d’ouverture d’esprit et ça me plaît.

De manière générale, es-tu cinéphile ?
J’aime beaucoup le cinéma, j’essaye d’y aller régulièrement. Dernièrement, j’ai apprécié Simone, le voyage du siècle d’Olivier Dahan. En ce qui concerne l’Asie, Parasite m’a marqué. J’ai grandi avec les films de Miyazaki. Mais j’aime le cinéma de diverses époques et diverses géographies. Les premiers réalisateurs qui me viennent à l’esprit sont Wes Anderson, Hitchcock, Scorsese.

Que dirais-tu aux jeunes pour les encourager à participer au jury ?
C’est vraiment un événement fort et ça vaut le coup de s’y intéresser, je trouve. Ce n’est pas seulement voir des films, c’est aussi rencontrer des intervenants et s’ouvrir à d’autres cultures, avec des moments de concorde et de cohésion.

Recueilli par S.P.
En photo
Le jury jeune lors de de l'édition 2022.

Jury jeune
Il reste encore des places au sein du jury jeune. Ceux qui souhaitent participer peuvent encore postuler en s’adressant par mail à festival.vesoul@wanadoo.fr ou en appelant le 0684843746. Le jury jeune est ouvert aux 11 – 30 ans. Ils sont invités aux cérémonies d’ouverture et de clôture et visionnent et jugent 8 films documentaires en compétition.

En savoir +
cinemas-asie.com

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Des mentions au concours de piano d'Epinal


mai 2022
Des élèves bisontins de Christine Lambert ont participé au programme piano du concours artistique d'Epinal, le 3 avril. Avec des belles prestations puisque Minh-Long Ngo a obtenu la mention bien à l'unanimité, Leila Boudot et Ernad Husejinovic ont obtenu la mention très bien et Anh-Khoa Ngo la mention très bien à l'unanimité.

Marion Roch rend hommage aux soignants


juillet 2020
La Bisontine Marion Roch vient de faire paraître "Les 1000 pieuvres" chanson dédiée aux soignants, auxquels tous les profits générés seront reversés. Une chanson écrite en deux étapes : en 2016, elle découvre le quotidien des soignants lorsqu'elle accompagne pendant 5 mois sa grand-mère à l'hôpital. Début 2020, lorsqu'on parle une fois de plus des conditions difficiles des soignants, elle reprend ses idées, recueille des témoignages et écrit cette chanson. Sans se douter qu'elle allait sortir en pleine crise sanitaire, troisième référence inopinée de son texte. Disponible en single, à écouter et partager sur youtube

« Citadelle »


décembre 2019
On vous laisse apprécier ici le nouveau morceau electro de l'artiste bisontin Sorg, "Citadelle", hommage à sa ville, accompagné d'une réalisation 100% locale : morceau produit et mixé par Sorg, masterisé par Thomas Fournier, visuel réalisé par Ornella Salvi, prises drones par Jean-Philippe Putaud (Apollo77) et réalisation et montage de la vidéo par Christophe Roy (MS Studio / Mesh Photography).

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. Trailer ici.
Voir tout