août 2022

Guillaume Joly, danseur urbain

Ce jeune vésulien s’est installé à Besançon pour développer son projet. Danseur et professeur, il a participé à la création de l’association Céphéide et participe aux activités de plusieurs compagnies.
Photo Yves Petit
Guillaume Joly, danseur urbain Guillaume Joly, danseur urbain Guillaume Joly, danseur urbain

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Qu’est ce qui a été le déclic pour te lancer dans cette passion ? Un film ? Une musique ? Un danseur particulier ?
J’ai vu une création de Mourad Merzouki (un danseur) au théâtre de Vesoul quand j’étais au lycée. Elle s’appelait Boxe boxe, et dans cette représentation il y avait notamment un solo d’un danseur qui s’appelle Teddy Verardo  et qui m’a complétement hypnotisé. Et c’est là où je me suis dit : « non mais en fait si tu persévères dans cette discipline tu peux vraiment arriver à faire des trucs comme ça, à suspendre le temps ».

Tu l’as senti en toi et c’est passé d’une passion à ton « gagne-pain » aujourd’hui ?
Oui exactement. C’est totalement en train de devenir mon gagne-pain. Je pratique depuis 2014 donc ça fait 8 ans, mais depuis 2 ou 3 ans j’ai des rentrées d’argent grâce à la danse.

Mais est-ce que c’est une bataille financièrement de vivre de son art ? Est-ce que tu l’as vécu comme une bataille ou comme une chance ? Est-ce que tu t’es donné du mal pour y arriver ?
C’est vrai que c’est un peu une bataille surtout au début je vivais un peu dans l’inconnu même si par la suite je me suis formé en danse dans une école qui s’appelle Studio Harmonic à Paris. Grâce à cette école j’ai appris à danser. Cependant le côté professionnel et économique qui est extérieur à la danse m’était totalement inconnu : comment construire un modèle économique avec la danse, avoir des rentrées d’argent, en vivre quoi. Si on veut devenir complètement danseur, il faut trouver des compagnies, trouver des contrats, ou alors créer sa propre compagnie. Au début tout ça ce n’est vraiment pas facile.

Est-ce que tu as l’impression que la danse est installée à Besançon parce qu’il y a un milieu social qui te permet d’être danseur, d’être accepté en tant que danseur et de rendre ça plus facile à plusieurs plutôt que d’être tout seul à vouloir atteindre un objectif ?
Oui, totalement, je suis venu à Besançon dans cette optique-là, en me disant « j’ai l’impression qu’il y a du potentiel, du monde, un milieu intéressé par ça, qui vit vraiment la danse, mais plus généralement de la culture ». Je trouve qu’à Besançon on ressent vraiment ça, j’ai beaucoup gardé de contacts, même quand j’étais à Paris. Et à mon retour j’ai découvert qu’il y avait vraiment beaucoup de danseurs qui étaient dans la même optique que moi et c’est là qu’on a créé l’association Céphéide en donnant des cours et en faisant des interventions dans différentes structures de Besançon. On peut montrer à la ville de Besançon, à l’administration, aux institutions à quel point on est unis et on forme une équipe mais également qu’on est prêts à se développer, à utiliser les structures de la ville pour se développer. Notre passion peut générer une nouvelle force vive pour collaborer, développer le monde de la culture et faire vivre quelque chose.

D’un point de vue social est ce que tu penses que les compagnies aident la ville ?
Avec l’association Céphéide, on a beaucoup travaillé avec des structures au sein de la ville. Actuellement on travaille beaucoup avec le quartier de Montrapon. On est aussi allé faire des interventions à l’école Champagne à Planoise l’année dernière. Malgré la Covid c’était un des gros projets qu’on a pu maintenir. Le but était de créer un petit spectacle avec les élèves de 4 classes. On a fait également des interventions en maison d’arrêt, avec la protection judiciaire de la jeunesse et avec des associations qui s’occupent des migrants. Donc oui on bosse pas mal avec des institutions locales et c’est vraiment stimulant. On essaie de ramener la danse vers un côté social.

Recueilli par Nasser Ferchichi
Parcours
Studio Harmonic
5 passage des Taillandiers
75011 Paris
01 48 07 13 39



Guillaume et compagnies
Céphéide, association de street danse créée en 2019. 

Compagnie Maje (photo 2) : fondée en 2021, chorégraphiée par Jessie Menanteau entre la danse jazz et la danse contemporaine, actuellement à sa deuxième création, un trio de format court : Spin. Prenant inspiration du monde scientifique, la compagnie tente de reproduire l’effet d’interdépendance dans la nature.

Compagnie Allongé (photo 3) :chorégraphiée par Arnaud Deprez, la compagnie s’articule autour du breakdance et développe actuellement un spectacle nommé Sous-sol mettant en scène une projection futuriste d’une équipe de chercheurs creusant dans les profondeurs de la roche pour aller se fondre avec la matière volcanique.

Collectif Porte Avions (photo 4) : collectif 100 % bisontin, ayant pour but de développer les danses urbaines au sein de la ville à travers divers évènements et créations.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Des mentions au concours de piano d'Epinal


mai 2022
Des élèves bisontins de Christine Lambert ont participé au programme piano du concours artistique d'Epinal, le 3 avril. Avec des belles prestations puisque Minh-Long Ngo a obtenu la mention bien à l'unanimité, Leila Boudot et Ernad Husejinovic ont obtenu la mention très bien et Anh-Khoa Ngo la mention très bien à l'unanimité.

Marion Roch rend hommage aux soignants


juillet 2020
La Bisontine Marion Roch vient de faire paraître "Les 1000 pieuvres" chanson dédiée aux soignants, auxquels tous les profits générés seront reversés. Une chanson écrite en deux étapes : en 2016, elle découvre le quotidien des soignants lorsqu'elle accompagne pendant 5 mois sa grand-mère à l'hôpital. Début 2020, lorsqu'on parle une fois de plus des conditions difficiles des soignants, elle reprend ses idées, recueille des témoignages et écrit cette chanson. Sans se douter qu'elle allait sortir en pleine crise sanitaire, troisième référence inopinée de son texte. Disponible en single, à écouter et partager sur youtube

« Citadelle »


décembre 2019
On vous laisse apprécier ici le nouveau morceau electro de l'artiste bisontin Sorg, "Citadelle", hommage à sa ville, accompagné d'une réalisation 100% locale : morceau produit et mixé par Sorg, masterisé par Thomas Fournier, visuel réalisé par Ornella Salvi, prises drones par Jean-Philippe Putaud (Apollo77) et réalisation et montage de la vidéo par Christophe Roy (MS Studio / Mesh Photography).

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. Trailer ici.
Voir tout