septembre 2020

Jules Bernardet, slalomeur d’avenir

A 20 ans, le céiste pontissalien s’apprête à participer aux sélections pour les prochains Jeux olympiques. Avec une seule place disponible, c’est un grand défi. Mais ce ne sera pas le dernier.
Photo Scott Moorhen

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Jules Bernardet a cerclé de rouge les dates du 7 au 11 octobre 2020. Cette semaine-là, à Pau, le céiste pontissalien devrait participer aux courses de sélection pour les JO de Tokyo. Un challenge de taille : il n’y a qu’une seule place en jeu pour 15 athlètes. Jules ne part pas favori, mais il a de l’ambition et de la volonté. « Ce sera rude, il n’y a pas eu beaucoup de courses avant la sélection et la préparation était plus compliquée que d’habitude. Mais je me lève tous les matins pour ça, essayer de participer un jour eux Jeux ».
Qui sait ? Le haut niveau se joue parfois à des détails. Lui-même l’a expérimenté l’an dernier. « Pour la sélection en équipe de France 2019, j’étais en position de force avant la dernière course car Cédric Joly avait « raté » la sienne. Je me suis senti pousser des ailes jusqu’au dernier quart où j’ai loupé une porte, ce qui a permis à Cédric d’être sélectionné pour finalement devenir champion du monde ! C’est un bon copain alors mon raté a finalement eu du bon ! Malgré la concurrence on est proche, on s’entraide ».
Cette anecdote, il la raconte comme l’un des meilleurs souvenirs de sa jeune carrière ! Même dans un sport individuel, on peut rester altruiste. Il insiste d’ailleurs sur l’importance du Canoë-kayak Pontarlier, club de ses débuts. « La ville, le club m’ont toujours aidé. Je suis fier de les représenter, même à l’étranger. Si j’ai dû m’en aller, c’est pour poursuivre progression, au pôle espoir puis au pôle France depuis 2 ans à Pau. Mais c’est un super club ; j’y suis toujours licencié. Si j’ai aimé ce sport au début, c’est en partie parce que j’ai commencé dans un bon groupe, une bonne ambiance. Je me suis senti à mon aise tout de suite ».

Beaucoup de travail

S’il ne participe pas aux prochains Jeux, il a encore le temps. L’étudiant en 1re année de Staps n’a que 20 ans. Emmanuel Brugvin, conseiller technique et champion du monde de slalom 1999, le place aisément « parmi les 10 meilleurs Français de sa tranche d’âge ». Les entraîneurs du CK Pontarlier l’ont vu arriver il y a seulement 8 ans et ont assisté à une progression impressionante. Jules tempère : « Je n’ai pas été performant tout de suite. J’ai passé des années à avoir du mal. Mais je voulais progresser. Je pense que ça a été une progression permanente, avec parfois des petits paliers. Mais surtout beaucoup de travail ».
Dans son cursus, pas d’autre sport. Il a commencé le slalom à 13 ans, il n’a plus arrêté. « Ma mère en faisait. Il y avait aussi un kayak chez mes grands-parents. En le voyant, j’ai eu envie d’essayer. Paradoxalement, je déteste la natation, mais j’aime bien l’eau. Je suis allé au CKP et j’en ai tout suite fait beaucoup. Petit, j’y allais deux fois par semaine – maintenant c’est deux fois par jour ! A Pontarlier, c’est spécialité slalom, alors j'en ai toujours fait. J’ai débuté en kayak puis on m’a mis sur un canoë, j’ai adoré et je n’ai plus lâché. Rapidement, il y a eu la compétition, les week-ends en déplacement, les stages ». L’intensité de l’entraînement de haut niveau n’a pour l’instant engendré aucune lassitude. « Dans la mesure où je n’ai pas atteint mes objectifs, j’ai toujours envie de m’entraîner ».
Au contraire, c’est l’épisode du confinement qui a eu tendance à lui saper le moral. « C’était compliqué, je m’ennuyais beaucoup, le kayak e manquait, naviguer me manquait. Je m’entraîne pour la compétition en travaillant des choses précises et là il n’y avait plus de finalité immédiate. Faire de la muscu dans mon garage n’était pas motivant. Mais je me suis bien reposé ! » 

S.P.
Canoë-kayak Pontarlier

2 rue de la Fauconnière
25300 Pontarlier
03.81.39.60.65
canoekayakpontarlier

Conseils aux plus jeunes

« Il faut commencer par s’amuser dans la vague avec ses copains. Si on veut aller loin, il faut avoir l’esprit compétition, la détermination et ne pas avoir peur de passer des heures d’entraînement sur l’eau. Ça ne vient pas tout seul ».

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Combiné nordique : les juniors français vice-champions du monde


mars 2020
Bel exploit pour les 4 jeunes du haut Doubs qui formaient l'équipe de France hommes aux championnats du monde junior d'Oberwiesenthal : Gaël Blondeau (également médaille de bronze en individuel), Maël Tyrode, Egar Vallet, Mattéo Baud terminent médaillés d'argent derrière l'équipe d'Autriche.

Jet ski


septembre 2019
Dylan Lucht, Wilfried Gurnot et Robin Sylvester, trois jet-skieurs doubiens (lire notre article) ont participé au JX GP de Suisse les 24 et 25 août au Bouveret. Le premier nommé est revenu vainqueur de l'une des 11 courses du week-end (Am Ski JX3). Il a également gagné le championnat de Belgique le 1er septembre.

Ultimate frisbee


janvier 2019
Bravo aux joueuses de l'équipe féminine dijonnaise Ladies'jonctées, championne de France élite d'ultimate frisbee en salle le 3 janvier. +infos

Anouck Clément


août 2018
A 17 ans, la capitaine du club bisontin de Palente a participé en juin au championnat d'europe U18 de beach handball au Monténégro avant d'être l'une des 10 sélectionnées pour le mondial seniors le mois suivant à Kazan (Russie) où l'équipe de France a perdu 3 matches au 1er tour avant d'enchaîner sur 3 victoires en ronde de consolation. Bilan : 11e place lors des deux compétitions.

Nicolas Fleury


octobre 2017
Les premiers championnats du monde urban cycling UCI sont prévus du 8 au 12 novembre à Chengdu (Chine). Au programme, 3 disciplines : le mountain bike Eliminator (XCE), le trial et le BMX freestyle park. Parmi les sélectionnés de l'équipe de France figure le Bisontin Nicolas Fleury, 20 ans, dont nous avons parlé en 2015.
Voir tout