décembre 2019

Marco Heinis : «l’équipe de France permet de progresser»

Le natif de Jougne fait partie des espoirs du combiné nordique, à 16 ans. Il vient d'être sélectionné pour les Jeux olympiques de la jeunesse 2020.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Fin novembre, Marco Heinis était en stage préparatoire avec l’équipe de France, au stade des Tuffes. Sans savoir s’il serait présent aux Jeux olympiques de la jeunesse, mais il ne s’en formalisait pas. Avoir atteint le niveau international après quelques années de pratique est déjà une satisfaction. « Etre en équipe de France permet d’avoir un encadrement, un matériel top. Sans ça, je n’aurais pas le budget pour avoir un tel équipement et quand on progresse bien, à un moment, c’est le matériel qui bloque. Etre à ce niveau, c’est un rêve ». Le médaillé de bronze des championnats de France U17 a une autre échéance en vue, les mondiaux junior en février.
Le jeune homme de Jougne s’est lancé dans le combiné il y a environ 4 ans. « Je pratique le ski de fond depuis tout petit. J’ai découvert le saut lors d’une sortie sportive à Chaux-Neuve, quand j’étais en 4e. J’ai tout de suite accroché et Joël Pagnier, le responsable du tremplin, m’a dit que j’avais des capacités. Alors j’ai continué, j’y suis allé tous les week-ends, d’abord sur le tremplin de 10 m puis sur le grand. Par rapport au ski de fond, il y a les sensations, l’adrénaline. J’aime bien pouvoir concilier les deux ».
Licencié depuis ses débuts à l’Olympic Mont d’Or, il estime que le saut à skis passe d’abord par la pratique. « La première fois, ça fait peur ! Ensuite, c’est de l’exercice, du répétitif pour trouver les bonnes sensations, savoir doser. Il faut beaucoup en faire ». Les compétitions sont venues rapidement, d’année en année plus importantes, depuis les critériums régionaux jusqu’aux OPA (coupe alpine internationale) cette année. « C’est un complément du travail. Pour moi, ça montre surtout qu’il faut travailler pour arriver à quelque chose ». Outre l’exercice, il dit écouter beaucoup et surtout observer. « Il y a toujours des choses à prendre en regardant les autres. A partir de ça, j’essaie de faire des entraînements à ma sauce, de tester, de voir où peut aller mon corps ».
Cette année, il est en première au lycée Bérard, à Morez, là où vont les espoirs du ski nordique. Avec horaires aménagés et plages libérées pour l’entraînement. Concilier sport et études est sans doute ce qu’il y a de moins évident dans la vie d’un jeune athlète. « En plus je ne suis pas trop bosseur à la base dit-il en riant. Mais pour l’instant, ça va. Cela dit, je me retrouve dans l’année de la réforme du bac avec des épreuves en janvier et février, en pleine saison de ski ! Cela risque d’être tendu, mais il n’y a pas de raison que ça se passe mal. A choisir, je préfère avoir mon bac qu’être champion du monde ».

S.P.
Parcours
Oympic Mont d'Or

Lycée Victor Bérard

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

L'équipe de France junior vice-championne du monde


mars 2020
Bel exploit pour les 4 jeunes du haut Doubs qui formaient l'équipe de France hommes aux championnats du monde junior d'Oberwiesenthal : Gaël Blondeau (également médaille de bronze en individuel), Maël Tyrode, Egar Vallet, Mattéo Baud terminent médaillés d'argent derrière l'équipe d'Autriche.

Jet ski


septembre 2019
Dylan Lucht, Wilfried Gurnot et Robin Sylvester, trois jet-skieurs doubiens (lire notre article) ont participé au JX GP de Suisse les 24 et 25 août au Bouveret. Le premier nommé est revenu vainqueur de l'une des 11 courses du week-end (Am Ski JX3). Il a également gagné le championnat de Belgique le 1er septembre.

Ultimate frisbee


janvier 2019
Bravo aux joueuses de l'équipe féminine dijonnaise Ladies'jonctées, championne de France élite d'ultimate frisbee en salle le 3 janvier. +infos

Anouck Clément


août 2018
A 17 ans, la capitaine du club bisontin de Palente a participé en juin au championnat d'europe U18 de beach handball au Monténégro avant d'être l'une des 10 sélectionnées pour le mondial seniors le mois suivant à Kazan (Russie) où l'équipe de France a perdu 3 matches au 1er tour avant d'enchaîner sur 3 victoires en ronde de consolation. Bilan : 11e place lors des deux compétitions.

Nicolas Fleury


octobre 2017
Les premiers championnats du monde urban cycling UCI sont prévus du 8 au 12 novembre à Chengdu (Chine). Au programme, 3 disciplines : le mountain bike Eliminator (XCE), le trial et le BMX freestyle park. Parmi les sélectionnés de l'équipe de France figure le Bisontin Nicolas Fleury, 20 ans, dont nous avons parlé en 2015.
Voir tout