octobre 2020

Marie Melcore signe le visuel du 27e Fica

Cette étudiante en design a connu, petite, l’ambiance du festival des cinémas d’Asie. Entre la Haute-Saône et l’Angleterre, elle a créé l’affiche de l’édition à venir.
Marie Melcore signe le visuel du 27e Fica

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
La 27e édition du Fica est prévue du 26 janvier au 2 février 2021, si l’épidémie de Covid ne s’en mêle pas. L’affiche, elle, est déjà prête depuis le mois de septembre. Elle est l’œuvre de Marie Melcore, Bisontine de 25 ans, qui a pris contact avec Martine et Jean-Marc Thérouanne, fondateurs du festival, en apprenant que l’illustratrice était partie en retraite. « Ma famille connaît bien le festival. Mes parents sont originaires de Vesoul. Ma tante a été bénévole au Fica. Elle m’y a emmenée souvent depuis toute petite. J’aime le cinéma, mais c’est surtout le travail graphique qui m’intéressait. Comme je connais l’ambiance du festival, le contexte était rassurant. »

Mobilité internationale

Marie est encore étudiante. Elle a passé un bac arts appliqués design au lycée Pasteur (Besançon) avant de suivre un BTS design graphique option médias imprimés puis un DSA design option textile à l’Esaat de Roubaix. Actuellement, elle est en 2e année de master bio-design à Londres. Une période internationale commencée par une année de césure comme fille au pair en Espagne, poursuivie par un stage en application de l’illustration au textile à Bruxelles, une année Ersamus à Leeds et un stage en design textile à Copenhague.
Elle a emmagasiné de l’expérience et des compétences pour affiner son orientation. « Au Danemark, j’ai découvert une sensibilité différente dans le travail. Ils faisaient attention au bio, à l’environnemental. Ils essayaient de créer en harmonie avec l’environnement, en arrêtant de polluer. Cela m’a menée au bio-design, qui apporte une approche scientifique au design. Je pense que le multidisciplinaire est important actuellement. Abolir les frontière entre les domaines, les mêler permet d’avoir une approche différente et plus globale, moins spécifique ».

Route de la soie

Pour l’affiche du festival des cinémas d’Asie, c’est plutôt son goût pour le dessin, découvert par le manga puis la BD, qui lui a servi. « Il y a 2 thématiques principales au prochain festival : la petite histoire dans la grande et les films de la route de la soie. J’ai préféré la seconde. J’ai travaillé en digital ce qui m’a rappelé ce que je faisais à Bruxelles et fait 3 propositions en utilisant des éléments rappelant les pays d’Asie centrale ». L’affiche parle immédiatement, même à qui n’y est jamais allé : des chevaux, un train qui rappellent les grandes plaines, des éléments architecturaux typiques. Jean-Marc Thérouanne confirme : « Dans cette région du monde, se trouvent des signes identitaires très marqués comme les coiffes emblématiques que peuvent porter les femmes et les hommes, les motifs géométriques et floraux qu’arborent leurs tissus, l’architecture traditionnelle des minarets et des mosquées, les paysages singuliers montagneux ». Pour faire le lien avec le festival, une caméra s’intègre au décor.

S.P.
Parcours
Lycée Pasteur
4 rue du Lycée
25000 Besançon
lyc-pasteur.ac-besancon.fr

Esaat
539 avenue des Nations unies
59100 Roubaix
esaat-roubaix.com

University of the arts
Master of arts biodesign
272 High Holborn
London WC1V 7EY
UK
arts.ac.uk

Fica
Festival international des cinémas d'Asie, du 26 janvier au 2 février 2021 à Vesoul.
cinemas-asie.com

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Les Nuits d'été


octobre 2020
Le 2e roman du Montbéliardais Thomas Flahaut, paru en août, est aussi remarqué par les critiques que le premier, Ostwald. Partant de son expérience de transfrontalier, il plonge dans la réalité du monde ouvrier et parle du rapport hommes/machines. Editions de l'Olivier.

Marion Roch rend hommage aux soignants


juillet 2020
La Bisontine Marion Roch vient de faire paraître "Les 1000 pieuvres" chanson dédiée aux soignants, auxquels tous les profits générés seront reversés. Une chanson écrite en deux étapes : en 2016, elle découvre le quotidien des soignants lorsqu'elle accompagne pendant 5 mois sa grand-mère à l'hôpital. Début 2020, lorsqu'on parle une fois de plus des conditions difficiles des soignants, elle reprend ses idées, recueille des témoignages et écrit cette chanson. Sans se douter qu'elle allait sortir en pleine crise sanitaire, troisième référence inopinée de son texte. Disponible en single, à écouter et partager sur youtube

« Citadelle »


décembre 2019
On vous laisse apprécier ici le nouveau morceau electro de l'artiste bisontin Sorg, "Citadelle", hommage à sa ville, accompagné d'une réalisation 100% locale : morceau produit et mixé par Sorg, masterisé par Thomas Fournier, visuel réalisé par Ornella Salvi, prises drones par Jean-Philippe Putaud (Apollo77) et réalisation et lmontage de la vidéo par Christophe Roy (MS Studio / Mesh Photography).

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. Trailer ici.
Voir tout