septembre 2020

Marion Gonzales, enseignante de danse urbaine pour tous

A 28 ans, cette Bisontine transmet sa passion avec enthousiasme. Elle adapte la pratique à chacun, jeunes, enfants ou seniors. « Le hip-hop peut permettre de s’épanouir ».
Photo Yves Petit
Marion Gonzales, enseignante de danse urbaine pour tous Marion Gonzales, enseignante de danse urbaine pour tous Marion Gonzales, enseignante de danse urbaine pour tous

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Voilà 16 ans que Marion Gonzales a commencé la danse urbaine, 10 ans qu’elle enseigne le hip-hop, la breakdance et le street jazz et son enthousiasme est intact. « Plus je vieillis et plus j’ai envie de proposer des choses » sourit-elle. Elle donne ses cours avec l’association PMS montée avec deux amis, Philippe, vidéaste, et Sylvain qui assure les mêmes cours en Haute-Saône, zone Pesmes/Marnay. Elle a aussi créé the Lost, qui organise des événements hip-hop depuis 2012 et qui permet par ailleurs à des élèves de monter sur scène. Récemment, elle a commencé à donner bénévolement des sessions pour autistes et personnes à handicap moteur.
Elle sait mettre en valeur sa discipline et son ambiance : « Ce qui me plaît, c’est l’esprit de partage, de respect, d’entraide qui existe dans le hip-hop. Ensuite, c’est une discipline complète à la fois artistique et sportive. C’est créatif, c’est physique, il y a la musique, c’est convivial. En plus de ça, j’aime vraiment l’aspect transmission ». Pendant le confinement, elle a organisé des cours en ligne, mais depuis la rentrée, elle a repris en présentiel, « avec sens de circulation, distance, gestes barrières. Je restreins les sessions à 14 – 15 personnes pour pouvoir danser sans masque ».
« Elle a le don pour transmettre » affirme Marie Océana Martinez, l’une de ses élèves (photo 4). Cette dernière est devenue présidente de the Lost par amitié pour Marion. « Ce n'est pas une contrainte. Je le fais parce que c’est plaisant. Si ce n’était pas elle, je n’aurais pas accepté. Avec Marion, il y a une ambiance que je n’ai pas trouvée ailleurs ».

Le goût de transmettre

De son côté, Marion a découvert le hip-hop à Planoise avec l’association Res-KP . Elle s’est lancée dans l’enseignement en reprenant le cours de son prof d’alors, Sergio Valenzuela, parti à Paris. « J’avais 18 ans, j’ai commencé à l’expérience car il n’y avait pas de formation, pas de brevet d’Etat dans ce domaine. Mais ça m’a plu et c’est venu naturellement ». Aujourd’hui, elle intervient en tant que micro-entrepreneuse à l’Asep, à l’école Art KDanse et au Ccub, nouvelle salle de pratiques urbaines bisontine qui comble les assoces locales. « C’est la structure dont on rêvait se réjouit Marion. Il n’y en a pas beaucoup comme ça dans la région. Il y a un esprit festif ; chaque discipline a travaillé pour faire ses modules. Il y a du parkour, du skate, de la slackline, etc. »
Elle a 200 élèves, de 4 à 76 ans. Le hip-hop n’est pas seulement une pratique physique intense réservée à des ados souples et prêts à tous les défis. « En breakdance, on trouve cependant plus de garçons détaille-t-elle. C’est essentiellement des figures au sol alors que le hip-hop proprement dit, c’est debout, avec des chorégraphies. Le street jazz, plus « aérien », mêle danse urbaine et modern jazz. Mais la pratique peut s’adapter à tous. Je fais du baby hop et je m’adresse aussi aux seniors. Je considère qu’il s’agit d’abord d’expression corporelle qui doit permettre aux gens de s’épanouir ».

S.P.
En savoir plus
Marion danse
0683526990
facebook

The Lost
Créée en 2012, la structure est spécialisée dans les spectacles, les battles et les stages professionnels. Aidée par la Ville et le Clap, elle a notamment organisé 3 battles « The Lost #unity » à Besançon. La 4e édition aurait dû avoir lieu le 14 mars mais la Covid en a décidé autrement. « On a perdu 2000 euros en t-shirts mais on espère pouvoir l’organiser en mars 2021. L’événementiel est plus compliqué à maintenir que les cours ».
facebook
Prochain spectacle le 21 novembre à Dole (Commanderie)

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Les Nuits d'été


octobre 2020
Le 2e roman du Montbéliardais Thomas Flahaut, paru en août, est aussi remarqué par les critiques que le premier, Ostwald. Partant de son expérience de transfrontalier, il plonge dans la réalité du monde ouvrier et parle du rapport hommes/machines. Editions de l'Olivier.

Marion Roch rend hommage aux soignants


juillet 2020
La Bisontine Marion Roch vient de faire paraître "Les 1000 pieuvres" chanson dédiée aux soignants, auxquels tous les profits générés seront reversés. Une chanson écrite en deux étapes : en 2016, elle découvre le quotidien des soignants lorsqu'elle accompagne pendant 5 mois sa grand-mère à l'hôpital. Début 2020, lorsqu'on parle une fois de plus des conditions difficiles des soignants, elle reprend ses idées, recueille des témoignages et écrit cette chanson. Sans se douter qu'elle allait sortir en pleine crise sanitaire, troisième référence inopinée de son texte. Disponible en single, à écouter et partager sur youtube

« Citadelle »


décembre 2019
On vous laisse apprécier ici le nouveau morceau electro de l'artiste bisontin Sorg, "Citadelle", hommage à sa ville, accompagné d'une réalisation 100% locale : morceau produit et mixé par Sorg, masterisé par Thomas Fournier, visuel réalisé par Ornella Salvi, prises drones par Jean-Philippe Putaud (Apollo77) et réalisation et lmontage de la vidéo par Christophe Roy (MS Studio / Mesh Photography).

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. Trailer ici.
Voir tout