octobre 2014

Marlène Devillez, reine du kayak freestyle européen

Avec son 3e titre acquis fin août, la jeune haut-saônoise est l’une des meilleures représentantes d’une discipline encore neuve.
Photo Yves Petit
Marlène Devillez, reine du kayak freestyle européen Marlène Devillez, reine du kayak freestyle européen Marlène Devillez, reine du kayak freestyle européen

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Voray-sur-l’Ognon, 19 septembre. Sur les eaux plutôt calmes de la rivière, Marlène Devillez se prête volontiers à une démonstration de kayak freestyle. Sans l’aide de vague ou de rouleau, elle enchaîne les saltos avec le sourire. «D’habitude, il y a des remous, c’est plus facile». Il n'empêche : ses figures sont d'autant plus impressionantes qu'elle les mutliplie sans problème apparent. 
Pour elle, le kayak est d’abord une passion dont elle parle plus volontiers que de ses victoires même si elle est la meilleure d’Europe depuis 2010. Son 3e titre de championne d’Europe d’affilée acquis juste avant son 26e anniversaire est encore tout neuf (1), mais elle ne s’en émeut pas plus que ça. Ses trois médailles d’or sont restées à Paris, où elle travaille.
«Ce qui compte, c’est surtout le moment de la compétition. Une fois que c’est gagné, c’est du passé». Côté médailles, elle cumule, restant par exemple sur 7 titres de championne de France.
Voilà 20 ans que la jeune haut-saônoise s’est lancée dans le kayak au Voray CK où ses deux parents entraînaient. A ses débuts, le freestyle n’existait pas. «Mais je préférais déjà me retourner, aller dans l’eau dit-elle en riant. J’ai fait du slalom jusqu’à 15 ans, j’avais un bon niveau. Quand le freestyle est arrivé,avec les bateaux courts de 2 m 10, des gens qui faisaient des figures et se retournaient exprès, j’ai tout de suite essayé».

          "Dans mon élément"

Cette nouvelle discipline semblait inventée pour elle : dès sa première compétition, elle a terminé à la deuxième place. «Au début, on prend des boîtes ! J’ai progressé très vite car je me sens dans mon élément. Je pense que j’ai une bonne lecture de la rivière et des mouvements d’eau».
Sa progression rapide n’est pas passée inaperçue : elle a été aidée par la Région de Franche-Comté, le Conseil général de Haute-Saône, Sport ambition 70. Bienvenu dans un sport totalement amateur en France, où il faut payer ses déplacements. Idem pour son matériel acquis grâce à ses sponsors : Level 6, des Canadiens spécialisés dans les habits de kayak, Guigui-prod, Wonderland shop, Werner pagaie ou encore Staccato, une agence de pub bisontine.

           "Etre un peu cramé"

Ils lui permettent de vivre sa passion à fond. Outre ses propres entraînements (1 à 2 fois par jour selon les périodes), elle encadre à Paris et le week-end à Voray, où elle a monté une section freestyle. Elle fait partie de la commission nationale, est responsable freestyle en Franche-Comté.«Dans la région, il y a des belles vagues : à Clerval, à Deluz, à la Malate (Besançon) qui, en crue, donne une des plus grosses vagues d’Europe».
Elle organise également des stages, en espérant développer la pratique du côté des filles. «C’est un sport encore très masculin. Je pense qu’il faut être un peu "cramé" pour faire ça».
En incluant son métier d’ingénieur hydrobiologiste, tout cela lui laisse peu de temps libre. «Pendant mes études, ça allait, mais c’est vrai que maintenant, avec les horaires de travail, c’est un peu plus compliqué. Mais c’est important de partager, dit-elle. Personnellement, le sport m’a vraiment aidée et je me suis épanouie grâce au kayak. J’ai envie de transmettre ce que j’ai appris et certaines valeurs liées à la pratique».
Elle-même est venue à la discipline en accompagnant Amélie Bruet (vice-championne du monde junior). Elle est aussi fière des résultats des filles du club (3 sont championnes ou vice-championnes de France ; Guénolé Bourgoin est, en juniors, 5e de la coupe du monde et 6e du championnat d’Europe) que des siens.
Quant aux valeurs, c’est «une ambiance, de l’amitié, on se connaît tous alors qu’en slalom, on ne se parlait pas entre concurrentes. Pour moi, la base du sport est le partage et la complicité. Mais c’est vrai que le freestyle est un petit milieu. C'est un sport jeune, avec des valeurs jeunes».

Stéphane Paris

(1) Les championnats d’Europe ont lieu tous les 2 ans. L’édition 2014 s’est déroulée fin août en Slovaquie.
DĂ©monstration
- voir la vidéo




Palmarès
Championne d’Europe en 2010, 2012, 2014
7 titres de championne de France depuis 2008
3e de la coupe du monde 2014
Championnats du monde : 25e en 2009, 9e en 2011, 11e en 2013

Freestyle
Le kayak freestyle est né il y a une quinzaine d’années aux Etats-Unis. En compétition, les kayakistes ont 45 secondes pour évoluer devant 3 juges et des scripts et proposer des figures. Selon les rivières, l’évolution se fait soit en rouleau soit en vague. Les compétiteurs sont notés en fonction de la difficulté de la figure, de la verticalité, de l’élévation, de la diversité.




Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Cyclisme féminin


juillet 2022
Bel été pour Juliette Labous, originaire de Roche-lez-Beaupré (Doubs) et Evita Muzic, de Lons-le-Saunier. A 23 ans, les deux meilleures françaises du tour d'Italie féminin 2022 (9e et 14e) ont fait encore mieux sur le tour de France femmes (respectivement 4e et 8e du classement général).

Lou Jeanmonnot-Laurent


mars 2022
Lou Jeanmonnot-Laurent est devenue le 12 mars la première française à gagner l'IBU cup de biathlon (anciennement coupe d'Europe). La jeune pontissalienne licenciée à l'Olympic Mont d'Or succède à l'Allemande Vanessa Voigt.

Biathlon


mars 2022
Belles performances pour les relais hommes et femmes juniors aux championnats du monde de Soldier Hollow (EU). Médaille d'or pour les garçons dont Oscar Lombardot, de Montbenoît et bronze pour les filles avec Noémie Remonnay, d'Oye-et-Pallet.

Centres de formation de foot : classement 2021


juillet 2021
La fédération française de football et la ligue de football professionnel ont publié leur classement des centres de formation français en termes d'efficacité. Basé sur des critères sportifs (temps de jeu en équipe première, sélections...) et scolaires, il propose un état des lieux de 36 centres, parmi lesquels 3 burgo-comtois. En 2020 - 2021, celui de Sochaux se place 14e, celui d'Auxerre 19e et celui de Dijon 34e. Compte-rendu disponible ici.

Combiné nordique : les juniors français vice-champions du monde


mars 2020
Bel exploit pour les 4 jeunes du haut Doubs qui formaient l'équipe de France hommes aux championnats du monde junior d'Oberwiesenthal : Gaël Blondeau (également médaille de bronze en individuel), Maël Tyrode, Edgar Vallet, Mattéo Baud terminent médaillés d'argent derrière l'équipe d'Autriche.
Voir tout