mars 2021

Mathieu Charrière, parcours d’un chef

Entre fin avril et début mai, il participera aux présélections du 57e concours international de jeunes chefs d’orchestre, à Besançon.
Photo CAP photo

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Du bout de sa baguette et du haut de ses 33 ans, Mathieu Charrière a déjà dirigé plusieurs orchestres : à Saint-Etienne, Genève, Zurich ou Madrid, en passant par Besançon. Trompettiste à la base, il passe devant les musiciens à l’âge de 18 ans, dans l’orchestre d’harmonie de sa ville d’origine, Nogent (Haute-Marne). « Ce fut une découverte spectaculaire, confie-t-il, j’étais comme un enfant. » Il est alors élève au Conservatoire de Besançon, en parallèle de ses études de musicologie à la faculté de Franche-Comté. Naturellement, il s’inscrit dans la classe de direction du chef Pierre Migard. Son projet de devenir professeur de trompette est vite doublé du désir de manier la baguette. À Besançon, il dirige notamment les orchestres du conservatoire, mais aussi celui des Chaprais. Puis il poursuit ses études à l’École normale de musique Alfred Cortot, à Paris, puis à la Haute École de musique de Genève, dans laquelle il obtient un bachelor puis un master en direction d’orchestre, en 2016.

Main droite, la rythmique ; main gauche, les sentiments

Aujourd’hui installé près de Genève, où il est directeur d’une école de musique, Mathieu Charrière n’en oublie pas pour autant Besançon, sa « ville d’adoption ». « J’y ai passé sept ans, j’ai une affection particulière pour cet endroit, où j’ai encore beaucoup d’amis. » Il se rendra dans la Boucle dans quelques semaines, pour le concours international de jeunes chefs d’orchestre, connu comme l’un des plus prestigieux dans son genre. Les candidats viennent des quatre coins du monde. « Il y a des finalistes exceptionnels », admire Mathieu Charrière.
Pendant encore deux ans, le jeune homme a choisi de multiplier les master classes et les concours de chefs d’orchestre. « La plupart sont ouverts aux moins de 35 ans. En plus d’être formateurs, les concours sont un moyen de faire ses preuves », explique le candidat : « Un peu comme un joueur de foot, on cherche à se faire repérer par une agence, une maison d’opéra, une maison d’orchestre. » Pour se préparer, Mathieu Charrière planchera sur les partitions que joueront deux pianistes le jour des présélections. « Je cherche à comprendre ce qu’a voulu dire le compositeur puis je travaille la gestique pour me faire comprendre auprès des musiciens », décrit-il. Dans la main droite, la baguette – délaissée par certains chefs – donne le cadre rythmique et spatial. Avec la main gauche, ce sont les sentiments, les nuances, qui doivent s’exprimer. « Et nous dirigeons avec tout notre corps, assure Mathieu Charrière, tout notre être doit transpirer la musique. » En attentant le jour J, le jeune homme travaille « dans le vide » : « C’est la frustration d’un chef d’orchestre ; notre instrument, c’est l’orchestre, on ne peut pas l’avoir à disposition n’importe quand. »
S’il passe le premier tour, Mathieu Charrière comptera parmi les 20 finalistes du concours, prévu pour septembre prochain, à Besançon. À la clé du grand prix du jury : 12 000 euros, un accompagnement artistique de trois mois et un engagement avec les orchestres partenaires du concours. Et surtout, une visibilité remarquable.

Camille Jourdan
Parcours
Conservatoire du Grand Besançon
1 passage des Arts
25000 Besançon

Université de Franche-Comté
Licence musicologie

École normale de musique Alfred Cortot
114 bis boulevard Malesherbes
75017 Paris

Haute École de musique
Rue de l'Arquebuse 12
CH 1204 Genève

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Les Nuits d'été


octobre 2020
Le 2e roman du Montbéliardais Thomas Flahaut, paru en août, est aussi remarqué par les critiques que le premier, Ostwald. Partant de son expérience de transfrontalier, il plonge dans la réalité du monde ouvrier et parle du rapport hommes/machines. Editions de l'Olivier.

Marion Roch rend hommage aux soignants


juillet 2020
La Bisontine Marion Roch vient de faire paraître "Les 1000 pieuvres" chanson dédiée aux soignants, auxquels tous les profits générés seront reversés. Une chanson écrite en deux étapes : en 2016, elle découvre le quotidien des soignants lorsqu'elle accompagne pendant 5 mois sa grand-mère à l'hôpital. Début 2020, lorsqu'on parle une fois de plus des conditions difficiles des soignants, elle reprend ses idées, recueille des témoignages et écrit cette chanson. Sans se douter qu'elle allait sortir en pleine crise sanitaire, troisième référence inopinée de son texte. Disponible en single, à écouter et partager sur youtube

« Citadelle »


décembre 2019
On vous laisse apprécier ici le nouveau morceau electro de l'artiste bisontin Sorg, "Citadelle", hommage à sa ville, accompagné d'une réalisation 100% locale : morceau produit et mixé par Sorg, masterisé par Thomas Fournier, visuel réalisé par Ornella Salvi, prises drones par Jean-Philippe Putaud (Apollo77) et réalisation et montage de la vidéo par Christophe Roy (MS Studio / Mesh Photography).

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. Trailer ici.
Voir tout