août 2020

Un emploi comme couturière grâce à la crise

Depuis mai, Abigaëlle, 24 ans, fabrique des masques et bientôt d’autres produits textiles à Lons-le-Saunier.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Deux semaines avant le début du confinement, Abigaëlle emménage à Geruge, petite commune à côté de Lons-le-Saunier. Elle débarque depuis Vesoul, bien décidée à trouver un emploi dans la restauration, secteur dans lequel elle a déjà travaillé. Mais mi-mai, elle reçoit un coup de fil de la boîte d’intérim dans laquelle elle est inscrite : on lui propose un CDD dans un atelier textile qui s’apprête à ouvrir à Lons (1). « Je ne percevais pas d’indemnité de chômage, je n’avais pas d’autre choix que d’accepter », raconte la jeune femme.

« Je n’avais jamais cousu de ma vie »

Avant le confinement, cet atelier n’était qu’à l’état de projet. Son objectif ? Relocaliser l’industrie textile dans le Jura. Tout s’accélère avec la crise sanitaire et l’urgence de fabriquer des masques. L’atelier trouve des locaux, achète des machines et recrute ses premières couturières. Parmi elles, Abigaëlle. « Je n’avais jamais cousu quoi que ce soit de ma vie », assure la jeune femme, son tissu en main. Malgré son inexpérience, elle relève le défi. Le 25 mai, elle se présente à l’atelier. Comme elle, ses quatre autres collègues ne maîtrisent pas les machines industrielles. Quelques heures de prise en main sont nécessaires pour manipuler la pédale, les commandes et pour pouvoir réaliser les différentes opérations. « J’avais peur de ne pas y arriver », confie Abigaëlle. « Et maintenant, c’est elle qui montre aux autres », rétorque l’une de ses collègues en souriant. « Mon poste de base, c’est la surjeteuse, explique la jeune femme, c’est la machine qui permet de coudre cette sorte de dentelle », détaille-elle en montrant les fils entrecroisés qui bordent les masques. Mais Abigaëlle tourne aussi sur d’autres postes : surfileuse, contrôle qualité, coupe et pose des élastiques… « J’ai aussi appris à régler certaines machines », ajoute-t-elle.

Un CDD de 4 mois renouvelable

Après les masques, d’autres commandes commencent à parvenir à l’atelier textile : des tenues pour le restaurant municipal, des porte-bébés… Après plusieurs mois à découvrir les bases, les couturières sont prêtes à se diversifier pour voir leur emploi se pérenniser. En mai, Abigaëlle a signé pour un CDD de 4 mois renouvelable. « Je n’avais jamais pensé à la couture comme métier potentiel », affirme Abigaëlle, qui reconnaît à demi-mot que la crise a été une chance pour elle. Elle semble avoir découvert, outre sa voie, une passion.

Camille Jourdan
(1)
Un atelier porté par plusieurs entités : le groupe coopératif Demain, l'association de parents de personnes handicapées mentales et leurs amis (APEI) et EPART, une structure d'insertion.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Nettoyage nature


décembre 2018
Des jeunes de Besançon ont décidé d’assainir les berges du Doubs. Un projet soutenu par le Clap. A lire ici.

Olympiades des métiers 2018


décembre 2018
L'équipe régionale Bourgogne-Franche-Comté a participé avec succès aux finales nationales des Olympiades des métiers (du 29/11 au 1/12 à Caen) : 4 médailles d'or, 7 d'argent, 4 de bronze et 16 médaillons d'excellence décernés aux jeunes ayant obtenu au moins 500 points sur 600. Ces Olympiades servent à valoriser les métiers en regroupant les meilleurs jeunes dans un concours de pratique. Les 4 médaillés d'or de la région : Théo Jeanroy en horticulture, Roman Bizouard en cycle et motocycle, Arnaud Marandet en tôlerie-carrosserie et l'équipe Adrien Ambrosini / Clément Durandeau / Romain Guenard en intégrateur robotique. +infos

L'info des ados : liens entre générations


novembre 2018
A la rentrée 2018, une équipe de France 3 Bourgogne-Franche-Comté a accompagné une classe de 4e du collège Victor Hugo (Besançon) dans la réalisation d'un reportage sur les liens intergénérationnels. Un sujet choisi par les élèves eux-mêmes, au moment de  la Semaine Bleue consacrée aux personnes âgée. L'info des ados, à voir ici.

Rivières : les sentinelles du réchauffement


octobre 2018
Nicolas Caussanel et
Marlène Devillez, kayakistes de niveau international, ont décidé de profiter de leur passion pour alerter au sujet du réchauffement climatique et de l'état des rivières. Ils se lancent dans la réalisation d'un film documentaire, Rivières : les sentinelles du réchauffement. Ils ont lancé un crowdfunding pour mener à bien leur projet. Pour y contribuer, c'est ici.

Prix-jeune de l'engagement


décembre 2017
Pour la 2e année, le Département du Doubs et la Société des membres de la légion d'honneur ont remis les prix "les chemins de l’honneur" à 4 jeunes qui se sont fait remarquer par leur engagement, le sens civique ou le dévouement : Elise Labeuche (1er prix), 20 ans, de Voujeaucourt , qui a mené de nombreuses actions de solidarité et de citoyenneté, Aurélien Pillot, 21 ans, d'Ornans, engagé depuis l’âge de 12 ans au sein des scouts et guides de France, Noa Roussy, 16 ans, de Besançon, championne de boxe France, Europe et Monde qui intervient auprès de jeunes en déviance pour leur redonner confiance et Jafaar Bismillah, 22 ans, de Montbéliard, investi dans la mise en place de la nouvelle section de jeunes sapeurs-pompiers volontaire au centre de secours de Montbéliard.
Voir tout