avril 2018

Voyage poétique et électronique avec Komorebi

Décollage à destination d'un univers organique "intraduisible" élaboré par la complicité de deux jeunes bisontines, Claire Passard et Clara Perles.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Komorebi (japonais) désigne l'image de la lumière du soleil qui filtre à travers les feuillages de l'arbre. De l'amour à la nature en passant par la notion de vivre ensemble et l'émerveillement, le duo sublime sur scène des termes intraduisibles. «On explique au public qu'on transcrit en musique et en poésie, avec des paroles et des vidéos, des mots sans équivalents en français». (Découvrez "Yuanfen" ou "Mangata").
Claire baigne dans la musique depuis une dizaine d'années, dont 8 ans comme chanteuse dans le groupe Clara Yucatan. Clara y a mis un pied par loisirs : piano, percussions brésiliennes et stage de musique électronique avec Miqi Holidey, fondateur du label de beatmaker bisontin "la Boocle". Exercice proposé : répondre à nos questions par le premier mot (traduisible) qui leur vient à l'esprit.

Komorebi est né à la Rodia le 1er juin 2017, vous tournez beaucoup dans la région. Comment vous sentez-vous sur scène ?
Claire : vivante et complète. On arrête le temps pour vivre le moment présent avec le public, l'échange est génial et incomparable. La scène nous rend complètes.
Clara : en harmonie. Ce qu'on a préparé avant devient harmonieux, comme des pièces de puzzles qui s'imbriquent. En harmonie aussi avec le public car c'est un concept fédérateur.

Vous vous connaissez grâce à des amis en commun. Ce qui vous a poussées à créer votre duo ?
Clara : le challenge. Je ne faisais pas du tout de musique avant, Claire m'a proposé le projet et j'ai accepté par goût du risque.
Claire : quête de sens. L'envie de trouver du sens pour m'accomplir, ma sensibilité, ma créativité. Quand la Rodia m'a proposé d'être artiste associée, j'ai pensé à Clara, une inspiration divine (rires). Être deux aujourd'hui c'est ce qui fait la force et l'originalité du projet.

Votre style, de la poésie électro-organique. Quels poètes ou artistes (électroniques) vous inspirent ?
Claire : Flavien Berger, Kerouac, Brigitte Fontaine, Eluard, The Do, Colette Magny, Jeanne Added. Quand tu composes, il faut manger plein de genres pour digérer un mix de tout cela.
Clara : Björk, James Blake, Camille, Moderat... Ce sont soit des artistes que j'admire, soit des artistes qui me donnent des clés pour composer.

Les mots "intraduisibles" sont issus de plusieurs langues. "Mucho love" encadre l’ensemble de vos titres. Vous chantez en anglais, en français et en espagnol. Que vous évoque la multiculturalité ?
Claire : ouverture des frontières. On est tous sur la même planète, il y a de la richesse dans chaque langue. Le but est de transmettre et d'apprendre de nouveaux mots aux gens qui repartent du concert avec des choses indescriptibles.
Clara : transmission : on partage un moment tous ensemble en concert. A la fin, les gens nous disent « merci de nous avoir fait voyager ». On veut partager le live avec le plus de personnes possible. C'est pour cela que l'on ne sort pas directement de titres.

Recueilli par Mona Bouneb
Les suivre
Facebook

Dates à venir
09/05 : L'Antonnoir – Besançon
17/05 : Fimu Hors piste – Belfort
19/05 : Fimu – Belfort
03/08 : Festival international pour la paix – Micropolis Besançon

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Des mentions au concours de piano d'Epinal


mai 2022
Des élèves bisontins de Christine Lambert ont participé au programme piano du concours artistique d'Epinal, le 3 avril. Avec des belles prestations puisque Minh-Long Ngo a obtenu la mention bien à l'unanimité, Leila Boudot et Ernad Husejinovic ont obtenu la mention très bien et Anh-Khoa Ngo la mention très bien à l'unanimité.

Marion Roch rend hommage aux soignants


juillet 2020
La Bisontine Marion Roch vient de faire paraître "Les 1000 pieuvres" chanson dédiée aux soignants, auxquels tous les profits générés seront reversés. Une chanson écrite en deux étapes : en 2016, elle découvre le quotidien des soignants lorsqu'elle accompagne pendant 5 mois sa grand-mère à l'hôpital. Début 2020, lorsqu'on parle une fois de plus des conditions difficiles des soignants, elle reprend ses idées, recueille des témoignages et écrit cette chanson. Sans se douter qu'elle allait sortir en pleine crise sanitaire, troisième référence inopinée de son texte. Disponible en single, à écouter et partager sur youtube

« Citadelle »


décembre 2019
On vous laisse apprécier ici le nouveau morceau electro de l'artiste bisontin Sorg, "Citadelle", hommage à sa ville, accompagné d'une réalisation 100% locale : morceau produit et mixé par Sorg, masterisé par Thomas Fournier, visuel réalisé par Ornella Salvi, prises drones par Jean-Philippe Putaud (Apollo77) et réalisation et montage de la vidéo par Christophe Roy (MS Studio / Mesh Photography).

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. Trailer ici.
Voir tout