décembre 2020

Confidences confinées avec Marion Roch

Rencontre et échanges avec la musicienne doubienne pour parler de son parcours, de son titre "Essentiel.les", ode sarcastique à 2020, et de l’impact de la crise sanitaire, à l’heure où la culture est fortement impactée.
Photo Yves Petit
Confidences confinées avec Marion Roch

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
La force des artistes, on le sait, c'est de créer. La force de Marion Roch, c’est d’écrire, composer, interpréter, fédérer. Celles et ceux dont elle croise le chemin sont captivés, au premier regard, à la première note, aux premiers couplets. Captivés par son allure angélique, la sagesse de ses mots, qui touchent en plein cœur. Par sa force, sa rage, de les crier au monde entier. Crise sanitaire oblige, sa force c’est aussi de se réinventer.

Ancienne éducatrice, qu’est-ce qui t’a donné le déclic de devenir musicienne professionnelle ?
Ça s’est fait petit à petit. J’ai toujours fait des concerts depuis l’âge de 15 ans, j’ai commencé à devoir en refuser parce que je travaillais et j’ai rencontré beaucoup d’artistes. J'ai compris que je pouvais l'envisager. Ça n’a pas été simple, j'ai tout abandonné du jour au lendemain. J'ai monté mon statut d’intermittence en une année et j'y suis arrivée avec des ateliers, des petits concerts, parfois personne n'écoutait. Puis de plus en plus de gens écoutent et les salles deviennent un peu plus grandes.

En 5 ans, les moments marquants de ton parcours ?
Quand je suis devenue officiellement intermittente du spectacle, j'étais très heureuse. La première partie de Brigitte à Micropolis, c’est la première fois qu'on jouait devant un public de 2000 personnes. Ensuite lorsque des professionnels se sont intéressés à nous, avec Aurélien Bouveret, Odeva pour l’édition et Frank Broussas, Samedi 14 en production de booking

Sur scène, vous êtes trois (Vladimir Torres à la contrebasse et DJ Menas au Beatbox), comment travaillez-vous ensemble ?
D’abord j'écris les chansons avec la mélodie de chant, les accords de base. Ensuite elles passent par Vladimir, je lui dis comment j'imagine le rythme et il créé une composition. Puis en répétition avec Felipe qui apporte sa touche personnelle et ses rythmes.

Tes textes sont en français, quel lien entretiens-tu avec la chanson française ?
J'ai toujours été fascinée et passionnée. De Jacques Brel à Aznavour en passant par Anne Sylvestre. Puis Aldebert, Ben Mazué. J'aime énormément la chanson française parce que c'est ma langue maternelle, parce que ça raconte des histoires et parce que je ne comprends pas suffisamment les autres langues pour qu'il y ait des émotions aussi fortes.

Dans tes chansons, tu mets en avant des êtres et des causes qui te sont chers, comme "Les 1000 pieuvres" en hommage aux soignants.
Je cherche toujours une bonne manière de parler des gens ou d'incarner un personnage de façon à ce qu'un maximum de gens puisse s'identifier. "Les 1000 pieuvres", elles m'ont touchée quand j'accompagnais ma grand-mère. Je l’ai écrite  avant le confinement, avant la crise. J'ai recueilli de nombreux témoignages pour comprendre. J'ai eu des retours comme jamais je n’en ai eus. Des soignants, des infirmiers, des ambulanciers, des médecins ,des pompiers qui se sont sentis écoutés et entendus.

Dernière cause en date, "Essentiel.les".
J’ai voulu parler de 2020 en général, de l'ambiance pourrie, mais à travers mon côté sarcastique et humoristique. On a tellement été foudroyés par de mauvaises nouvelles. Pour autant on est là, on tient le coup et ça va aller.

Se réinventer pendant cette crise rejoint la notion de résilience. Comment avez-vous réussi à tenir et rebondir ?
Il y a une sorte d'irréalisme, il y a eu des moments où on a sombré. Mais on est tous dans le même cas donc on est suffisamment altruistes. On a l’intermittence, c’est compliqué financièrement mais on tient. On a notre agence de production, qui fait un boulot de fou pour nos dates.  Et le travail d'Aurélien en diffusion : on n'a jamais été autant diffusés en radio. On a la chance d’être entourés.

La suite ?
L'album Echos est sorti le 20 mars (après un premier EP Décousue en 2016), les gens qui me suivent on été réceptifs, comme toujours. Il fait son chemin sur scène. Mais on présente quand même des nouvelles chansons, on ne peut pas s'en empêcher. On espère beaucoup de scènes en 2021. En attendant on travaille sur d'autres choses. J'ai pu approfondir l’écriture.

Recueilli par Mona Bouneb
La suivre
marionroch.com
facebook
instagram

En concert le 23 janvier à Morteau (L'Escale)

Vladimir Torres
A g. sur la photo 2. Bassiste et contrebassiste d'origine Uruguayenne basé en France, accompagnateur de nombreux artistes de la scène musicale française, il a sorti son premier album Inicial le 24 avril 2020 chez L'Horizon violet / distribution, Absilone. « Le 2e confinement était plus difficile dans la mesure où on n'était pas tous à la même enseigne, ça donne un sentiment d'injustice. Mais on a beaucoup de chance de pouvoir vivre comme on vit et de travailler ensemble. Moi je continue de composer. De mon côté je fais de la musique aussi pour mon projet personnel. J'arrange pour d'autres. Ça permet de revivre un peu. »

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Les Nuits d'été


octobre 2020
Le 2e roman du Montbéliardais Thomas Flahaut, paru en août, est aussi remarqué par les critiques que le premier, Ostwald. Partant de son expérience de transfrontalier, il plonge dans la réalité du monde ouvrier et parle du rapport hommes/machines. Editions de l'Olivier.

Marion Roch rend hommage aux soignants


juillet 2020
La Bisontine Marion Roch vient de faire paraître "Les 1000 pieuvres" chanson dédiée aux soignants, auxquels tous les profits générés seront reversés. Une chanson écrite en deux étapes : en 2016, elle découvre le quotidien des soignants lorsqu'elle accompagne pendant 5 mois sa grand-mère à l'hôpital. Début 2020, lorsqu'on parle une fois de plus des conditions difficiles des soignants, elle reprend ses idées, recueille des témoignages et écrit cette chanson. Sans se douter qu'elle allait sortir en pleine crise sanitaire, troisième référence inopinée de son texte. Disponible en single, à écouter et partager sur youtube

« Citadelle »


décembre 2019
On vous laisse apprécier ici le nouveau morceau electro de l'artiste bisontin Sorg, "Citadelle", hommage à sa ville, accompagné d'une réalisation 100% locale : morceau produit et mixé par Sorg, masterisé par Thomas Fournier, visuel réalisé par Ornella Salvi, prises drones par Jean-Philippe Putaud (Apollo77) et réalisation et lmontage de la vidéo par Christophe Roy (MS Studio / Mesh Photography).

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. Trailer ici.
Voir tout