janvier 2023

Promenade musicale en BFC

A l’occasion de la compil Clap your hands ! proposée par le Clap, petit retour sur les musiques actuelles d’ici (et d'ailleurs), d'hier et d'aujourd'hui. Name dropping.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Il n’y pas de musique bourguignonne-franc-comtoise ! En tout cas, pas de ligne directrice ou d'originalité qui permettrait de la définir. Trouver une unité serait vain, à l’image des artistes d’ici qui ont acquis une notoriété nationale. On peut citer Ange, Thiéfaine, les Infidèles, les Calamités, Vitalic, Aldebert, Alex Beaupain ou Broussaï et l’on a du rock prog, de la chanson, de l’electro et du reggae.
Mais il y a de la qualité, dans ces genres très divers et une scène "musiques actuelles" locale vivace, à laquelle contribuent fortement les accompagnements proposés par des structures telles que Rockhatry à Belfort, la Vapeur à Dijon, le Bastion et la Rodia à Besançon, la Cave à musique à Mâcon ou encore l’Echo system à Scey-sur-Saône.
Non contentes d’aider et conseiller les artistes émergents, les salles locales proposent régulièrement des soirées réservées à leur découverte, à l’instar de l’intitulé Support your local band. Certaines, comme le Darius du Bœuf sur le toit à Lons, leur donnent même très régulièrement leur chance. D’autres suscitent l’émulation, comme le fait chaque année le théâtre Edwige Feuillère à Vesoul avec un concours jeunes talents dans le cadre du festival Jacques Brel. Les lauréats sont nationaux mais le festival a pu susciter des vocations comme avait pu le faire le concours bisontin Utopia, il y a quelques années.
Dans ce domaine de la chanson de qualité, les noms sont nombreux et, loin d’être exhaustif, on rappelle Damien Saez, Yves Jamait, Alfred Massaï, Célestin, Clotilde Moulin, Marion Roch qui travaille ces derniers temps avec Renaud, ou encore Gérald Genty, le Belfortain aux textes humoristiques (sans compter ceux qui ont marqué la télé réalité, tels Lilian Renaud, Tom Rochet ou Corentin Grevost). Et Pascal Mathieu, le Bisontin venu du punk, qui montre que les genres ne sont pas toujours cloisonnés. Sur son album Sans motif apparent, il a travaillé avec Claude Mairet, compositeur et musicien de plusieurs albums de Thiéfaine, accordant chanson et rock. L’occasion de citer Tony Carbonare, Angel Carriqui et  Machin, groupe historique proche de Thiéfaine, dont les traces sonores sont rares, et de passer au rock.
De ce côté, si la notoriété peut paraître moindre, la qualité est présente, aujourd’hui représentée par les excellents Johnny Mafia (de Sens, là où quelques décennies plus tôt, les Matador’s ont eu une petite réputation) ou Gliz. Avec notamment une bonne présence à Dijon (Snipers, Betty Boop, Sophia s’en Mêle), dans le nord franc-comtois (58 Shots, the Rebel Assholes, the Fre3 Bastards, Hellbats) et dans le Jura (Catfish, Bigger, the Washing Machine Cie). Il faudrait également citer Shredded Ermine’s (Nevers) dans les années 80, Maat et Wayward Gentlewomen plus récemment à Besançon. Un peu plus « hard » surgissent les noms de Cadillac Corrida et surtout, deux groupes éphémères, les Marnaysiens de 5 Sexless Years et leur excellent Tattoo, et the Tiger Theory dont le non moins excellent Evangelius est toujours disponible sur bandcamp. Un peu plus pop, un peu plus « américain », on a Yules et dans la même veine l’unique album un peu oublié du Belfortain Brezovar. Un peu plus blues, on a le Pontissalien Rod Barthet ; un peu plus new wave les Dijonnais de Résistance, actifs à la fin des années 80. Moins classables, les Mâconnais de JMPZ qui associaient basses, batterie, didgeridoo, dub et rock.
En 2008, la compilation l’Index avait mis en avant une scène hip-hop locale vivace, notamment à Besançon et Belfort, avec La Cédille en tête de file. Depuis, des noms comme PrimatePihpoh, Grand Singe et, associant hip-hop et electro, le duo franco-américain Sorg & Napoleon Maddox, ont fait parler d’eux.
Même remarque pour l’electro avec des collectifs qui ont dynamisé la scène (Citron vert et Thé chaud à Besançon, soirées Noizegate à Montbéliard…) et certains noms qui ont eu, à un moment, une portée nationale, voire plus : Carbon Airways, Cotton Claw, aujourd’hui Pascal Letoublon. A la croisée des genres et des pays, on trouve Félix Petit, exilé au Québec où il collabore avec Hubert Lenoir et Les Louanges en gardant un pied dans la scène d’ici avec des participations à Oblique ou Grand Singe. Là-bas, il a à son actif plusieurs "Félix", les équivalents des Victoires de la musique. Ouverture internationale également pour Coralie Vuillemin, devenue la nouvelle chanteuse de Cock Robin ou Célia Serrao, adoptée par le Suisse Kadebostany.
La scène est d'ailleurs ouverte aux sons d’ailleurs, avec au fil du temps de bons apports reggae (Mystical Faya, Mystically…) ou africains (Henri Dikongué, Manuel Wandji, Joyce Tape).
Moralité : la musique burgo-comtoise n’existe pas, mais elle a du talent. Impossible de citer tout le monde : il y en a beaucoup plus à écouter sur notre playlist.
A écouter
Une playlist musicale en BFC

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Musiciennes à Besançon


janvier 2023
Appel à candidature jusqu'au jeudi 9 février pour la semaine du 24 au 28 avril à Besançon. Musiciennes à Besançon est un temps fort autour de la création féminine, à Besançon et en région Bourgogne-Franche-Comté. À travers ce projet, le Bastion, la Rodia et Mazette! entendent participer à l’accès en égalité à la pratique musicale, mettre en valeur la création féminine et dynamiser le territoire autour de ces préoccupations. MAB est une opération d’accompagnement qui propose à 3 équipes artistiques de bénéficier d’une semaine d’immersion au Bastion et à la Rodia pour travailler leur projet musical et s’interroger sur leur statut de femmes artistes. S'y ajoute une journée de rencontres du réseau régional, la Féma, avec des ateliers pour débattre des questions d’égalité suivie d’un concert de clôture à la Rodia. En savoir +

Pianos et tangos


mai 2022
Le Duo Mélinès vient de publier un hommage à Astor Piazzola. Des tangos pour 2 pianos, disponible pour 10 euros. Contact : duomelines@gmail.com. En savoir +

Nouvel Horizon


mars 2022
Sous l’égide de l’Adapei du Doubs, ce groupe musical se compose de personnes en situation de handicap. Créé il y a plusieurs années, il donne de multiples concerts. On peut l’encourager et le suivre sur facebook. Le groupe prépare un album qui devrait être présenté le 12 avril au Moloco à Audincourt.

Panopli pour musiciens


novembre 2021
A Besançon, le Bastion et La Rodia proposent un système d’accompagnement destiné à apporter aides et conseils aux musiciens. Panopli est accessible en ligne ici.

Radio Campus et musique


janvier 2018
Si vous cherchez le Top campus, classement mensuel des artistes les plus diffusés sur les radios Campus en France, c'est ici.
Voir tout